lundi 20 août 2012

Je reconnais que, pendant 30 ans, j’ai pensé que la répression n’était pas la solution

Ils (ou elles) l'ont dit...

Je reconnais que, pendant 30 ans, j’ai pensé que la répression n’était pas la solution et que la prévention passait avant. Mais il faut un minimum de sécurité pour agir.

Gilles DEMAILLY Maire socialiste d’AMIENS
LE MONDE 18 AOUT 2012 page 9

Comme le disait Lénine : « Les faits sont têtus »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...