mardi 28 août 2012

Le nucléaire, filière d'avenir . Vraiment?

100 jours à peine se sont écoulés depuis que le Président de la République a pris ses fonctions et qu'il a nommé Jean Marc AYRAULT comme Premier Ministre, et déjà les ministres se disputent en public non pas pour des problèmes de susceptibilités personnelles ou de domaines de compétences mais pour des questions touchant à l'avenir du pays comme l'énergie et singulièrement l'énergie nucléaire.
Arnaud MONTEBOURG (1) dont certaines déclarations laissaient à penser qu'il était parfois quelque peu irresponsable ou Manuel VALS dont le langage de fermeté irrite à l'évidence ses camarades qu'ils soient ministres, parlementaires ou militants ont affirmé que l'énergie nucléaire était une filière d'avenir.
Aussitôt les Verts se sont indignés tandis que quelques notables socialistes  se démarquaient, comme si il était honteux de dire que les positions antinucléaires des Verts étaient déraisonnables.
Il s'agit là d'une divergence essentielle au sein du gouvernement et pourtant le Président de la République se tait.
Certes , le Premier Ministre a affirmé " la ligne du gouvernement est très claire: Ce sont les engagements qu'a pris le Président de la République: C'est le mix énergétique: Réduire l'énergie produite par le nucléaire de 75% à 50%".
Mais comment comprendre qu'on puisse à la fois affirmer que l'énergie nucléaire est une filière d'avenir et en même temps vouloir en diminuer l'importance?

(1) "La France  a un atout extraordinaire entre ses mains avec ses centrales nucléaires. 
Grace au nucléaire, l'industrie française a pu passer les épreuves y compris les chocs 
pétroliers, la crise..Notre choix d'avoir une énergie pas chère, abordable et en quantité
est stratégique." (août 2012)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...