vendredi 18 janvier 2013

OU EST L'EUROPE ?

L'enlèvement d'otages sur une plateforme gazière d"Algérie par les terroristes d' AQMI   pose naturellement beaucoup de problèmes, de nature militaires bien entendu, mais aussi à propos de la sécurité en matière d'approvisionnement d'énergie, car il démontre la fragilité de notre organisation.
Mais au delà de ces considérations en quelque sorte techniques, il pose surtout un problème de caractère politique.
C'est celui de l'EUROPE dont on nous explique depuis plus d'un demi-siècle qu'elle est la condition de notre prospérité, de notre sécurité et, pour tout dire, de notre avenir.
Or, aujourd'hui, l’Allemagne,  si prompte à donner des leçons aux autres, observe un silence assourdissant dont on pourrait même se demander s'il ne constitue pas en quelque  sorte un signal, voire un message, destiné à être entendu  loin au delà des frontières de l'Europe.
La Grande Bretagne, quant à elle, se contente de se plaindre de n'avoir pas été avertie par les autorités algériennes de l'assaut ordonné contre les terroristes.
Quant aux autres états européens, ils se bornent à assurer le service minimum, tellement minimum qu'on a du mal à le définir.
Où est la solidarité européenne pourtant tellement nécessaire à un moment où la menace terroriste se précise ?
Déjà , ici ou là, le discret murmure de ceux qui ne veulent jamais rien faire commence à se faire entendre : Non à l'engagement militaire, non au retour de la France-Afrique, non à l'effort et à la résistance.
Plus que jamais, le temps est à l'union. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...