mercredi 17 avril 2013

TRISTESSE ET INQUIETUDE

L'intervention de Jérôme CAHUZAC est pour notre pays un triste moment.
Voir et entendre un homme qui fut en charge du budget de la France et de la lutte contre la fraude fiscale expliquer qu'il  a  lui-même fraudé le fisc, même si il met ce comportement sur le compte de ce qu'il appelle étrangement sa part d'ombre reste totalement stupéfiant .
Une telle séquence justifie parfaitement le qualificatif d'enfumage souvent utilisé pour qualifier la gestion de cette affaire qui révulse chacune et chacun  d'entre nous.
Impossible de ne pas se souvenir à ce propos de  la confession de DSK de triste mémoire:
Les attitudes sont les mêmes:  L'un et l'autre s'apitoient sur eux-mêmes, l'un et l'autre ont des attitudes de contrition étudiées:  L'un  invoque sa légèreté,  l’autre s' invente une part d'ombre dont on a un peu de mal à comprendre quel est le sens, sans qu'il soit possible d'ailleurs de savoir en quoi elle expliquerait le comportement de l'ancien ministre du budget, comme on pouvait  estimer que la légèreté invoquée par  DSK pour justifier ses actes n'était peut-être pas le terme le mieux approprié.
Mais cette ressemblance ne doit rien au hasard : Ce sont en effet les mêmes communicants qui ont réalisé ces "confessions" avec les mêmes trucs et les mêmes ficelles.
En fait, le pouvoir essaie d'éviter de répondre à la question essentielle, celle de savoir si le Président de la République (comme il le nie), et le gouvernement ( comme il le conteste), savait quoi que ce soit du comportement et des actes de Jérôme CAHUZAC. 
Si le pouvoir  ne savait rien jusqu’à ce qu'il quitte le gouvernement , on peut s'interroger  sur son manque de curiosité ou sur son amateurisme et se poser la question de sa capacité à faire face aux responsabilités qui sont les siennes. Si il savait et comme à l’habitude n'a pas voulu ou pas su trancher, la réponse est d'une gravité extrême : Que penser et que dire alors?
Dans l'un et l'autre cas, on ne peut qu’être inquiet sur la capacité de l'actuel pouvoir à diriger le pays dans les circonstances si difficiles qu'il traverse .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...