lundi 17 juin 2013

VICTOIRE A LA PYRRHUS ?

L'élection de Villeneuve sur Lot est une nouvelle défaite pour le parti socialiste, défaite humiliante s'il en est, puisque les électeurs ont décidé d'éliminer le candidat socialiste qui ne pourra donc pas être candidat au 2ème tour.
Huit défaites en huit élections partielles depuis l'entrée de François HOLLANDE à l'Elysée ne peuvent être l'effet du hasard.
Le parti socialiste essaie d'expliquer cet échec par la division de la majorité et en fait porter la responsabilité à la candidature d'un écologiste qui a rassemblé 2,78 % des suffrages.
La réalité est malheureusement bien différente :  Au delà de l'affaire CAHUZAC qui, à l'évidence, a joué tout son rôle, il est clair que ce sont les résultats plus que décevants de la politique menée par le gouvernement  et le Président de la République  qui expliquent le rejet des français.
Naturellement,  l'opposition peut se réjouir de ce résultat et des perspectives qu'il offre pour l'avenir, mais force est bien de constater  que le candidat de l'UMP n'a pas réalisé le score qu'il aurait pu espérer ( sans d'ailleurs que sa responsabilité personnelle soit engagée).
La vraie question que doit  se poser l'UMP est simple : Pourquoi ne réussit-elle plus à rassembler toutes celles et tous ceux qui ne veulent plus de la politique socialiste ?
Son ambition  doit être à nouveau, comme dans le passé, de rassembler : Depuis nos élections internes, nous avons, semble-t-il, perdu cette capacité. Il nous faut la retrouver, d'abord en renonçant aux conflits de personnes  qui semblent aujourd'hui avoir nos faveurs et surtout en travaillant sur des perspectives politiques de notre temps .Pour nous aussi, la division est le résultat  de nos querelles; Comme pour d'autres, cette division serait mortelle, mais elle serait surtout le signe que nous aurions renoncé à notre vocation naturelle, celle de redresser la France.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...