vendredi 21 février 2014

LA RUSSIE, UN ALLIE NECESSAIRE

La crise qui a secoué l'Ukraine pendant de nombreuses semaines a révélé la faiblesse de notre position : Alors qu'Angela MERKEL converse directement au téléphone avec POUTINE (Elle parle russe, souvenir de sa jeunesse en Allemagne de l'Est), aucun contact ne semble exister entre la Russie et la France:
Faut-il rappeler que lors de la crise géorgienne , Nicolas SARKOZY (qui pourtant ne parle pas leur langue!) était parti à Moscou pour rencontrer les dirigeants russes et trouver une solution au conflit.
Aujourd'hui, silence de la France.
Même si le faste d'une visite d'Etat à Washington est flatteur pour l'ego, elle ne constitue pas à elle seule une politique étrangère digne de la France.
François HOLLANDE devrait le savoir depuis longtemps :La politique étrangère d'un pays comme la France repose fondamentalement sur un équilibre entretenu en permanence entre les  grandes puissances.
Le Général de GAULLE l'avait en son temps démontré: Dès octobre 1944,( la France n 'était pas encore totalement libérée), et pour démontrer que, bien qu’appartenant à l'Occident,il connaissait l'importance de l'équilibre Est-Ouest, il allait à Moscou signer un pacte avec Staline.
Lorsqu'il y cinquante ans, premier des pays occidentaux à le faire,  il  reconnaissait la Chine, il démontrait, ce faisant, l'indépendance de la France: 50 ans plus tard, les chinois s'en souviennent encore et en gardent pour notre pays une reconnaissance qui survit à toutes les difficultés.
Malheureusement,il semble que la France ait oublié que,dans les relations internationales,si les amitiés personnelles sont importantes, elles ne sont pas suffisantes:
Comme l'avait dit le Général de GAULLE : Reconnaître un gouvernement, ne signifie en aucun cas approuver son régime , il signifie simplement reconnaître un Etat.
Or, il existe  entre François Hollande et Vladimir POUTINE une brouille persistante qui, à l'évidence nuit à la qualité des relations entre la France et la Russie:
Que le Président de la République française n'apprécie pas la politique ni la personne de Poutine est une chose, mais il n'en reste pas moins que Vladimir POUTINE est à la tête de la Russie: On l' a bien vu : Lorsqu'il s'est agi d'apaiser les ambitions atomiques de l'Iran ou les humeurs batailleuses et les violences de Bachar el Assad, sans la Russie rien n'a été possible:
François HOLLANDE aurait du retenir la leçon de sa piteuse reculade en Syrie (certes provoquée par la défection des États-Unis) mais surtout due au fait que la Russie tout au long de cette crise a soutenu la Syrie.
Il devient aujourd'hui urgent de renouer des liens avec la Russie qui, comme la France, est membre permanent du Conseil de Sécurité, qui, comme nous, appartient au continent européen et qui reste une grande puissance mondiale.
Ne pas le faire risquerait de nous isoler.
L’intérêt national doit l'emporter sur les susceptibilités  ou les humeurs personnelles.












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...