lundi 31 mars 2014

L’HÉCATOMBE SOCIALISTE

Si on en croit le dictionnaire,  hécatombe signifie massacre ou extermination. C'est bien le sentiment que donnent les résultats des élections municipales: 155 villes de plus de 10000 habitants ont été perdues par la gauche  et 142 gagnées par l'UMP.
De façon partisane, on pourrait se réjouir de ces résultats, si la situation du pays n'était si grave, comme en témoignent les chiffres de l'activité économique qui viennent d’être publiés: Car l'endettement progresse encore ( 4,3 % du PIB en 2013, alors que le gouvernement prévoyait de le limiter à 4,1%)  De la même façon , les chiffres du chômage continuent à déraper : 31500 chômeurs de plus soit un total de 3.320.000 chômeurs.
Devant cette situation, le pouvoir s'obstine à ne rien faire, à ne rien décider, comme s'il espérait que, par un coup de baguette magique, tous les problèmes qu'il rencontre et qu'il ne cherche même pas à résoudre allaient disparaître simplement en laissant du temps au temps comme disait François MITTERRAND.
Comment s'étonner alors de la déroute du parti socialiste? : Il n'est nul besoin de pousser des cris d'orfraie parce qu'une dizaine ( voire une douzaine) de villes  ont choisi un maire FN. Le pouvoir ferait mieux de s'interroger, et sur les raisons des abstentions massives de l'électorat qui soutient généralement la gauche, et sur les motivations de ceux d'entre eux qui, en définitive, choisissent de voter pour les candidats du Front national.
Peut-être accepterait-il d'admettre qu'il n'est pas le seul capable de comprendre les problèmes des français,  qui ne demandent pas au pouvoir de poser et de résoudre des problèmes de société qui n'intéressent que de petites minorités, mais qui attendent de lui qu'il s’intéresse à ses problèmes et à sa vie quotidienne.
Cela étant dit, il ne faudrait pas exonérer de toute responsabilité les autres formations politiques, y compris et peut-être surtout celles de l'opposition qui, à l'évidence, ne se sont pas montrées encore capables de les écouter, a fortiori de les comprendre .
Dans la situation de notre pays, il est certes passionnant de s'interroger sur un changement de gouvernement et même de Premier Ministre, aujourd'hui ou plus tard, mais il serait plus important de savoir où , tous ensemble, nous voulons ou nous pouvons aller.


,




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...