mardi 15 avril 2014

LA DERNIERE "ANAPHORE" DE FRANCOIS HOLLANDE (SUITE ET FIN ??)

Pendant  la campagne  des élections présidentielles, François HOLLANDE avait popularisé une figure de rhétorique connue sous le nom un peu mystérieux d'anaphore: Il s'agissait de sa célèbre tirade : "Moi, Président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité; " Moi, Président de la République je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire etc... etc...:
A quinze reprises , il avait ainsi résumé ses engagements à l'égard de la nation.
Aujourd'hui, il appartient à chacun de se poser la question de savoir si ,oui ou non, ces engagements ont été tenus.
Mais on s'aperçoit, avec le recul du temps, que François HOLLANDE, peut-être alors pris par le temps, n'avait pas été au bout de sa pensée:
Il aurait pu ajouter en effet :
" Moi, Président de la République, je m'efforcerai de faire en sorte que le chiffre du chômage reste toujours à un niveau élevé.
" Moi, Président de la République, je déciderai ( pour libérer le Parti socialiste d'un  premier secrétaire calamiteux) de le nommer au gouvernement . 
".Moi, Président de la République, je poursuivrai sans relâche une politique de hausse des impôts pour l'ensemble des français , mais en privilégiant toujours les classes moyennes.  
" Moi, Président de la République, je confierai la responsabilité des Affaires européennes à un parlementaire européen qui, pendant ses deux mandats, s'est illustré en étant un des 15 députés européens les moins assidus.
" Moi, Président de la République, je continuerai à augmenter les dépenses de l'Etat et m'efforcerai de ne pas entamer une politique d'économies me permettant ainsi de ne faire nulle peine même légère aux organisations syndicales des fonctionnaires.
" Moi , Président de la République,  je saurai résister à la pression des 9 millions de français qui voudraient à nouveau bénéficier de l'exonération fiscale des heures supplémentaires.
" Moi,  Président de la République, etc...etc...
                                     Faut-il encore continuer ? 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...