mardi 20 mai 2014

CLAQUETTES, MACRAMÉ... OU INFORMATIQUE


Les extravagances de Monsieur PEILLON en ce qui concerne les rythmes scolaires ont fini par être sanctionnées: Le Ministre responsable a quitté le gouvernement, le haut fonctionnaire qui l'avait inspiré a démissionné.
Le gouvernement semble avoir tiré les premières conclusions de ces décisions puisque chaque jour il semble apporter des modifications au système précédemment décidé.
Reste le problème de fond : Celui de ce qu'il est convenu d'appeler les rythmes scolaires: Vincent PEILLON avait essayé de mettre en place des activités souvent très éloignées des objectifs de l'école tels qu'on les conçoit généralement : Les élèves pouvaient ainsi s'exercer au macramé, aux claquettes, au coloriage, à la danse folklorique ou aux activités les plus originales ou au contraire les plus banales.
Il avait découvert en même temps la solution miracle pour financer sa "trouvaille" géniale: Charger les communes de trouver et de payer  les locaux, les personnels nécessaires et d'assurer  à la place du Ministère de l'Education Nationale et donc  de l'Etat le financement de trois heures hebdomadaires d'enseignement.
Ainsi en profitait-il pour se répandre dans tous les journaux,sur toutes les chaines de télévision et de radio pour vanter sa grande réforme de l'école.
Sa réforme pouvait-elle permettre à nos enfants de trouver un niveau de connaissances dont il semble que beaucoup soient assez loin de l'atteindre?
Il semblait seul à le croire.
Et si , au lieu de se livrer à des expérimentations hasardeuses  pour faire changer l'éducation de nos enfants , le gouvernement s'attaquait au vrai problème de notre école: l'adapter aux réalités d'aujourd'hui.
Une suggestion parmi d'autres :  Plutôt que de consacrer du temps et de l'argent à des activités plus ou moins fantaisistes, pourquoi l’Éducation Nationale n' accepterait-elle pas de se remettre en cause, par exemple en introduisant dans les programmes, dès l'enseignement du premier degré, l'initiation à l'informatique, technique que les enfants d'aujourd'hui apprécient spontanément, d'autant mieux qu'ils la maîtrisent à la fois rapidement et de façon très positive, même si il est vrai que tous les enseignants n'ont pas spontanément les mêmes dispositions ?
Une telle initiative ne pourrait que redonner à tous les enfants de l’intérêt pour une école dont un certain nombre tend à s'éloigner de plus en plus.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...