jeudi 5 juin 2014

REFORME TERRITORIALE ....OU COMBINAISONS POLITICIENNES ?

Ainsi, François HOLLANDE a, parait-il, tranché ? Il a surtout charcuté !!
En effet, au prétexte de s'en prendre au mille feuille administratif, il s'est surtout employé à fabriquer un système susceptible de limiter les déboires socialistes aux prochaines élections territoriales:
Or, pour simplifier le système actuel , il faudrait entreprendre une véritable réforme des structures administratives, et, pour commencer, supprimer un des étages de ce fameux mille feuilles.
Qu'en est-il ? Les régions sont toujours là, même si leurs périmètres changent, le département voit sa mort annoncée mais pas avant 2020; les communes, les intercommunalités et les métropoles seront toujours la.
Quels résultats, dans ces conditions, attendre de cette réforme ?
Une simplification ? Où est-elle , par exemple, dans l' extravagante région Poitou-Charente- Limousin-Centre qui irait de CHARTRES ou de DREUX à l'ESTUAIRE de la GIRONDE, de MONTARGIS à la CORREZE ou à LA ROCHELLE? Difficile d'y voir autre chose que la la volonté de préserver l'avenir politique de Ségolène ROYAL? 
Où est-elle dans la région Auvergne-Rhône-Alpes dont on voit mal les intérêts communs que peuvent avoir le Cantal et les stations de sports d'hiver des Alpes
Où est-elle dans la fusion de la Champagne et de la Picardie ?
Et ce,d'autant plus que, dans le même temps, la Région Nord de Martine AUBRY, la Région Bretagne de J-Y LE DRIANT, la Région Pays de la Loire de Jacques AUXIETTE, la Région Aquitaine d'Alain ROUSSET ( qui ont en commun d’être dirigées par des barons socialistes) restent à l'écart de ces fusions, tout simplement (si on a bien compris) parce que leurs présidents n'en ont pas voulu.
Des économies ? On ne voit pas  lesquelles, dès lors que les procédures resteront les mêmes. François HOLLANDE lui-même n'en parle pas: Si André VALLINI parle de 10 Milliards d'économies possibles, le Président socialiste de la Région Auvergne  affirme au contraire qu'il n'en voit aucune de prévisible.
Faut-il ajouter qu'en dehors des présidents socialistes des régions, nul n'a été consulté, ni les parlementaires, ni les conseils généraux, ni les maires et encore moins les citoyens qui ont appris quasiment au milieu de la nuit une réforme qui pourtant les concerne tous.
Ni l'Histoire,ni la géographie ne justifient ce découpage.
Une nouvelle fois, la mobilisation de tous s'impose.


P.S. Pour ce qui concerne notre région, la réunification de la Normandie n'y provoque guère de débats, mais le risque est grand de voir le débat compliqué, voire bloqué, par les difficultés que pourrait rencontrer le projet gouvernemental tel qu'il vient d’être proposé.
Il serait paradoxal qu'en définitive, la situation la plus favorable s'enlise dans les complications provoquées par un projet contesté et contestable.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...