lundi 7 juillet 2014

LA JUSTICE EN QUESTIONS

La mise en examen de Nicolas SARKOZY a provoqué un vif débat autour du fonctionnement de la justice: Certes, chacun s'accorde à considérer que l'institution judiciaire doit être respectée , mais force est bien de constater que le comportement de certains magistrats peut laisser perplexe:
Était-il nécessaire par exemple de faire mettre en garde à vue Nicolas SARKOZY alors qu'une simple convocation des juges auraient suffi pour obtenir son audition ?
Est-il normal d'aller  à 500 kilomètres de distance appréhender un avocat général près de la Cour de Cassation  pour le faire venir en voiture à Paris ?
Les juges d'instruction compétentes se méfiaient-elle à ce point de lui pour utiliser cette procédure généralement destinée à s'assurer de la comparution de délinquants de droit commun. 
Que dire des écoutes en principe couvertes par le secret professionnel:  Quand on arrive à faire écouter par des policiers les conversations entre un avocat et son bâtonnier, on peut s'étonner de ne pas entendre les protestations des organisations professionnelles de magistrats.
De même on aimerait les entendre sur le problème  du secret de l'instruction, toujours pas réglé:
Comment se fait-il et par quel mystère et par quel canal arrive-t-on à retrouver dans la presse des documents que détiennent seuls les magistrats et leurs collaborateurs ?
Car si la justice doit être le même pour tous, les moyens utilisés pour faire apparaître la vérité doivent respecter les principes essentiels d'un état de droit.
Ainsi, mais ainsi seulement, la justice cessera d’être contestée.
Il est temps qu'aujourd'hui tous, sans distinction d'opinions, de classes sociales ou d’intérêts, se rassemblent pour que la Justice mérite enfin d’être préservée et surtout respectée.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...