jeudi 14 août 2014

ETRE A LA HAUTEUR !

Le monde est chaque jour plus dangereux : Qu'il s'agisse hier  de l'Afghanistan et de l'Irak, qu'il s'agisse du conflit en quelque sorte perpétuel au proche Orient ou de l'ex-Union Soviétique ( la Géorgie ou le Caucase hier, la Crimée puis l'Ukraine aujourd'hui), la situation dans le monde ne cesse de se détériorer. Et voici maintenant que l'installation au Proche-Orient d'un califat déterminé à faire régner partout les règles les plus rétrogrades d'un monde sans liberté et sans avenir  ajoute à la menace qui pèse sur la planète.
Il en est de même en Afrique où les conflits locaux (après la Libye et les révolutions arabes) menacent en permanence et où le terrorisme semble s'emparer du centre de l'Afrique, heureusement mais seulement préservé par la présence française.
Même la société dans laquelle nous vivons est de plus en plus dangereuse: Il n'est que de voir la violence de plus en plus grande qui se développe non seulement dans notre pays mais à peu près partout dans le monde pour se rendre compte des difficultés que rencontrent celles et ceux qui ont la responsabilité du pouvoir . 
Or,de façon quelque peu paradoxaleles responsables paraissent dépassés par l’ampleur des problèmes qui se posent à eux. 
A une époque où on aurait besoin d'hommes d'état déterminés, courageux et compétents, on semble traverser une période où cette race semble se raréfier:
Les États-Unis (qui se considèrent, de façon d'ailleurs réaliste, comme la première puissance mondiale) sont dirigés par un homme qui semble plein de bons sentiments mais dont on peut craindre que, face à Vladimir POUTINE ou au premier ministre chinois , cela ne soit pas suffisant.
En Europe, si Angela MERKEL semble adaptée à la situation , on n'est guère certain qu'il en soit de même des autres dirigeants européens, à l'exception  peut être de Matéo RENZI qui semble jusqu'à présent  plein de bonne volonté.
David CAMERON, quant à lui, empêtré dans les affaires intérieures, soucieux de son référendum écossais, préoccupé de son avenir politique et privilégiant le développement économique, ne semble guère en mesure de faire jouer à la Grande Bretagne son rôle traditionnel.
Pour ce qui concerne. François HOLLANDE, il reste ,hélas, égal à lui-même, s'interrogeant surtout sur le moyen de poursuivre son quinquennat sans que la gauche ne le dérange davantage :Deux ans et demi après son arrivée au pouvoir, nul n'est en mesure de connaitre son projet pour la France.
Pendant ce temps, la voix de la France est de moins en moins audible, les perspectives pour les français de moins en moins claires et l'avenir de plus en plus sombre.












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...