samedi 25 octobre 2014

BAVARD ET " TAISEUX" A LA FOIS ! !

La Commission de Bruxelles présidée par Manuel BARROSO finit sa carrière en beauté !: Elle reproche à l'Italie et à la France aussi bien qu'à la Slovénie, à l'Autriche et à Malte de ne pas respecter les traités et leur demande des explications ; dans le même temps, elle exige de la Grande Bretagne qu'elle  augmente  sa contribution au budget de l'Union de 2,1 milliards d'euros.
Aussitôt fureur de David CAMERON qui se refuse à verser cette somme à la date prescrite et indignation du premier Ministre italien qui publie la lettre qu'il a reçue et proteste contre le comportement de la Commission accusée de ne pas respecter la démocratie.
Mais silence assourdissant de François HOLLANDE qui, malgré les demandes des parlementaires (qui considèrent que la lettre qui lui a été adressée par la Commission ne saurait rester secrète), refuse dans un premier temps de la rendre publique , puis, lorsqu'un site d'information finit par en dévoiler la teneur, se résigne à réagir ( si on peut dire !) en déclarant : "il n'y a là rien que de très banal" .
Comme si il était banal et sans importance de voir la Commission de Bruxelles  demander "les raisons qui ont conduit à ce que la France prévoie de dévier des objectifs budgétaires fixés par le Conseil en ce qui concerne le déficit public général" et "comment la France prévoit de se conformer à ses obligations de politique budgétaire en 2015 , conformément au pacte de stabilité et de croissance".
Selon une habitude bien ancrée chez lui, François HOLLANDE adopte alors la tactique de l'édredon, se contentant d'attendre sans rien promettre ni contester ni réellement argumenter Ainsi son image se détériore-t-elle aussi chez nos partenaires. Mais en même temps que son image personnelle souffre, c'est aussi l'image de la France qui est atteinte.
Pourquoi n'a-t-il pas rappelé, comme Mattéo RENZI, que nous sommes en  démocratie et que c'est au Parlement de voter le budget de la nation et qu'il ne saurait être soumis à des technocrates sans mandat populaire.
Pourquoi, également, n'a-t-il pas saisi l'occasion de rappeler à la Commission et à nos partenaires que, dans la lutte contre le terrorisme, c'est la France qui supporte, seule ou presque (avec la Grande Bretagne), le poids principal de l'effort  en engageant ses forces en Afrique et au Proche Orient ?
Sur des sujets secondaires, François HOLLANDE adore se livrer à des digressions abondantes à la limite du bavardage mais, dès que l'essentiel est en cause, il choisit le silence des indécis .
C'est un bavard sur l'accessoire et un "taiseux" sur l'essentiel.

















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...