mardi 23 décembre 2014

ARIANE, AIRBUS : DES CHANCES POUR LA FRANCE

De temps à autre, il arrive qu'on ait des raisons de se réjouir.
Il en est ainsi de quelques nouvelles qui sont intervenues au cours des dernières semaines.
D'abord la décision européenne de construire une nouvelle fusée Ariane 6, décision qui était loin d'être assurée, compte tenu de la pusillanimité de la plupart de nos partenaires devant ce qu'ils considèrent souvent comme une aventure pleine de risques, sans grand profit économique immédiat et souvent bien éloignée de leurs préoccupations.
La France, il est vrai, assure à elle seule la moitié de la charge de l'opération, soit 4 milliards d'euros, mais il ne faudrait pas oublier que la construction de la base de lancement des fusées Ariane à Kourou en Guyane (qui  a ainsi bénéficié d'une activité exceptionnelle) a permis en même temps à la France de participer à l'aventure spatiale et au développement des activités de haute technicité qui l'accompagne.
Ensuite, plus récemment, une autre information bien venue: La livraison au Qatar du premier Airbus 350 sorti des chaines à Toulouse où il a été entièrement conçu et monté.
Il est le premier d'une série qui s'annonce très importante, puisque, d'ores et déjà, 800 commandes ont été enregistrées par la Société AIRBUS qui, créée à la fin des années 60, reste ainsi un concurrent majeur de BOEING. 
Cette livraison marque la qualité de ces matériels comme la valeur des techniciens qui ont mis au point un appareil considéré unanimement comme un des meilleurs du monde, démontrant ainsi la capacité de l'entreprise (comme  de l'industrie française en général) de rivaliser avec les plus grandes.
Ce double événement n'a pourtant guère été mis en valeur par la presse française et plus généralement par ce qu'il est convenu d'appeler les moyens d’information, qui semblent se complaire davantage dans la recherche à tout prix de scandales souvent imaginaires ou d'importance médiocre ou se délecter de l’information dite "people".
Et pourtant il prouve la capacité de la France de mener à leur terme des aventures de haut niveau: Nos ingénieurs, nos techniciens, nos ouvriers, comme nos entrepreneurs démontrent ainsi leur exceptionnel dynamisme. 
Enfin démonstration est faite en même temps de la capacité des pouvoirs publics, dès lors qu'ils en ont la volonté, de susciter ou d’accompagner de façon efficace les projets des entrepreneurs, même les plus complexes.
Encore faut-il qu'ils aient cette volonté et qu'ils soient à la hauteur: Lorsqu'on se retourne en arrière et qu'on fait le bilan des initiatives prises dans le passé par les pouvoirs publics, on ne peut qu’être frappé du décalage constaté.
Hier, l'énergie nucléaire, l'aventure spatiale, l'aéronautique, le TGV, l'équipement de nos armées avec les sous marins nucléaires et les avions de combat, sans oublier le réseau autoroutier ou les télécommunications.
Aujourd'hui on peut se demander si l'Etat n'a pas renoncé aux ambitions qui devraient être les siennes pour privilégier des débats dits sociétaux qui n’ont en général qu'un résultat: Diviser la société française.



 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...