mardi 2 décembre 2014

SARKOZY ? OUI....MAIS

L'élection du président de l'UMP a été une réussite. En effet, 58 % des adhérents y ont participé.
Nicolas SARKOZY a été élu avec près de 2/3 des suffrages. C'est donc pour lui un incontestable succès.
Mais les chiffres ont un sens et obligent chacun à les prendre en compte.
L'équipe dirigeante ne pourra ignorer ni ceux qui n'ont pas participé à ce vote, ni ceux qui ont donné leur suffrage à d'autres candidats et elle devra s'interroger sur les raisons de leurs choix.
Un point d'accord entre les candidats a d'ores et déjà été constaté: Ils se sont en effet entendus sur la nécessité d'organiser, pour choisir le candidat à l'élection présidentielle de 2017,  des primaires ouvertes au plus grand nombre.
C'est une avancée incontestable.
Mais il ne saurait y avoir de primaires sans choix politiques clairs. Sur ce point, l'effort à accomplir est à l'évidence considérable: En effet, depuis deux ans, les problèmes de personnes l'ont emporté sur la réflexion programmatique.
La campagne pour l'élection de son président a d'ailleurs révélé une variété de positions qui risquait de brouiller aux yeux de l'opinion l'image de l'UMP.
La campagne interne est maintenant terminée : Le temps est donc venu pour l'UMP de se mettre au travail. 
Car l'improvisation serait la pire des attitudes
Deux exemples le démontrent: Le plus criant est celui du mariage pour tous : Entre ceux qui militent pour l’abrogation de la loi TAUBIRA et ceux qui considèrent cette abrogation comme impossible ou inopportune, il ne suffit pas de dire qu'on le fera " si cela fait plaisir", pour que le problème soit réglé.
De même, proposer un comité des anciens premiers ministres aurait peut-être mérité une réflexion plus approfondie et aurait au moins exigé d' en parler d'abord aux intéressés. 
Réfléchir n'est donc pas interdit, bien au contraire; réfléchir collectivement serait naturellement préférable, même si cet exercice peut présenter le risque de faire apparaître des options qui seraient  incompatibles entre elles: Ce sera alors aux instances de trancher.
Peut-être le temps est-il compté, mais il est suffisant, dès lors que le calme et la réflexion l’emporteront sur la fébrilité et l'agitation.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...