mercredi 31 décembre 2014

SUPPRIMER LES NOTES ? ... ET SI ON SUPPRIMAIT LES "EXPERTS EN PÉDAGOGIE" !!

A son tour, Madame BELKACEM vient de découvrir le caractère soi-disant traumatisant pour les enfants  des notes à l'école:  Si on en croit en effet certains experts (sic), elles seraient largement responsables des  difficultés scolaires des élèves.
Au moment où on admet enfin que, chaque année, 150.000 enfants sortent  du système scolaire sans savoir réellement lire, écrire ou compter, il est incroyable d'imaginer que des responsables doués d'un minimum d'intelligence, de jugement et de connaissances puissent trouver dans la suppression des notes à l'école et leur remplacement par des lettres ABCD ( voire par des notions de niveau)  une réponse aux problèmes de la formation des jeunes, sans s'interroger sur les réels moyens de permettre à ceux qu'on appelle les décrocheurs de rattraper leur retard.
Car le gouvernement semble en effet considérer que le recrutement de 60.000 enseignants supplémentaires en 5 ans est la réponse au problème.
Il oublie de se demander s'il ne faudrait pas plutôt se préoccuper de réformer en profondeur les méthodes de l'Education Nationale ou s'il ne serait pas nécessaire d'en finir avec les faux semblants de l'égalité de tous les enfants.
Pour les adversaires des notes, celles-ci seraient, parait-il, le reflet de la société de compétition capitaliste.
Imaginer que les réflexions sur la nécessaire réforme de l'école reposent sur de telles calembredaines est à proprement parler stupéfiant: Ces raisonnements démontrent que nos "spécialistes" ignorent totalement les réalités d'une société qui, en France comme ailleurs, s'appuie sur le choix des compétences et des aptitudes et par conséquent sur la concurrence et la sélection.
Tous les enfants le comprennent qui s'en aperçoivent très vite dans leurs jeux, leurs compétitions,les sports  qu’ils pratiquent ou qu'ils admirent: en bref dans la vie de tous les jours.
Seuls, ceux qui aiment se qualifier de pédagogues semblent ne pas le comprendre.
Dans cette période de vœux, peut-être serait-il possible, pour peu qu'on le veuille, de renoncer aux grands débats idéologiques et (avec ou sans le concours des "experts en pédagogie") de réfléchir à une véritable réforme du système éducatif dans notre pays.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...