vendredi 9 janvier 2015

L’UNITÉ NATIONALE: UN DEVOIR POUR CHACUN

Que dire devant l'horreur ?
Difficile de s'exprimer, car notre société semble entrée dans une ère où le nihilisme l'emporte peu à peu sur toute autre considération.
On se demande parfois si le simple raisonnement n'est pas en voie de disparition: Même les structures les plus traditionnelles semblent éclater.
Les criminels naguère étaient organisés . Ils semblent ne plus l’être :  De plus en plus souvent, les forfaits les plus abominables sont commis par des individus isolés, mais qui peuvent être sous l'influence d'idéologies ou d'hommes décidés au pire.
On a parfois même l’impression que nul, ni personne, n'est plus en mesure de comprendre les motivations et les gestes de ceux qui sont ou pourraient devenir des agresseurs.
A cette situation déjà complexe s'ajoute le fait que l'information circule désormais si vite qu'il devient  difficile d'en suivre les évolutions. Elle est en quelque sorte prise en otage par la concurrence des médias qui, pour ne pas être en retard sur l’événement, n'hésitent pas parfois à privilégier l' imagination aux dépens de la vérité.
Dans ces cas,il faut choisir le calme, le sang-froid et surtout l'unité nationale.
L'unité nationale c'est-à-dire, en tous cas, le refus des surenchères et des petites combinaisons politiciennes qui ne pourraient que déshonorer ceux qui s'y livreraient.
Car, en l’occurrence, l'unité nationale n'a qu'un sens: Que tous se rassemblent  pour combattre le terrorisme.
Nul ne saurait en être exclu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...