lundi 18 mai 2015

" DES CHIFFRES ET DES LETTRES" ...."LECTURES POUR TOUS" ?

La querelle sur la réforme du collège se poursuit. 
Une étude récente concernant l'enseignement des mathématiques a été réalisée auprès d'environ 8000 élèves des  classes de 3ème dans 323 collèges publics ou privés sous contrat.
Par rapport à la précédente étude réalisée il y a 6 ans, elle établit que le nombre des meilleurs collégiens a diminué, passant de 28,6% à 24,4%,mais surtout que le taux des élèves les plus faibles s'est accru, passant  de 15% à 19,5%, soit une augmentation de près d'un tiers ( Si les résultats moyens des collégiens chutent de 9 points,en revanche ceux des collégiennes ne reculent que de 5 points ).
En résumé, aujourd'hui, un collégien sur 5 en classe de 3ème  n'est capable de résoudre que des exercices très simples du niveau de CM2.
Certes,si ces études démontrent également que les meilleurs scores sont réalisés dans les catégories où l'indice social est le plus élevé, elles ne répondent pas à la seule question qui vaille: Comment sortir de cette situation ?
Or, malgré les apparences, il n'est pas certain que la responsabilité de cet état de chose soit à mettre au débit du collège
Ce n'est en effet pas au collège qu'on apprend à lire, à écrire et à compter,  mais à l'école élémentaire
Ne faudrait-il donc pas plutôt s'interroger sur les difficultés de l'enseignement primaire à préparer ses élèves au déroulement normal de leur scolarité ?
La réforme du collège actuellement en débat prévoit de mettre en place des groupes de soutien pour les collégiens en difficulté ; ne serait-il pas nécessaire de les installer d'abord à l'école élémentaire afin que tous les enfants entrant au collège sachent lire, écrire et compter:
Comment en effet imaginer que les réformes proposées pour le collège, quel que soit leur intérêt, aient une quelconque efficacité pour des élèves incapables de lire, d'écrire et de compter correctement ?
Un gouvernement soucieux de l'avenir de la jeunesse devrait consacrer tous ses efforts à répondre avant tout à une triple exigence : Que tous les enfants de France sachent lire, écrire et compter à la sortie de l'école.
Est-ce trop demander ?











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...