vendredi 28 août 2015

MIGRANTS: NOUS DEVONS ACCUEILLIR LES VICTIMES DES GUERRES

Selon beaucoup, l'Europe serait menacée par un déferlement de migrants sans précédent.
Quelle est la réalité ?
Historiquement, le peuplement de notre continent s'est réalisé en partie grâce à l'immigration: Aujourd'hui, l'Union Européenne compte 509 millions d'habitants dont 33 millions d'étrangers et sur ces 33 millions, 12 millions sont des européens (hors Union Européenne) 
Il y a donc en Europe 21 millions d'étrangers non européens, c'est-à-dire environ 4 % de la population totale dont 25% d'africains, 21% d'asiatiques et 15% d' originaires du continent américain.
L'arrivée de ces étrangers s'est faite au fil des décennies et de façon assez régulière.
Si le rythme semble aujourd'hui s’accélérer, la situation n'est pas la même dans toute l'Europe :L'Allemagne a accueilli 465.000 migrants (dont les 3/4 sont des européens), la Grande Bretagne 291.000, l'Italie 258.400,  l'Espagne 209.800 et la Suisse 136.200.
Quant à la France, elle en a accueilli 258.000,(dont près de la moitié sont espagnols,italiens ou portugais),  généralement jeunes et qualifiés.
La part des immigrés dans la population française est la même aujourd'hui que dans les années 30 ( au moment de la grande crise économique qui avait bouleversé l'économie mondiale) soit un peu moins de 8 % de la population française (actuellement  de 64 millions).
Aujourd'hui , les images de ces migrants qui, par la mer ou au travers de l'Europe, arrivent sur notre continent dans des conditions de précarité extrêmes bouleversent  une opinion indignée par l'absence de réaction des états  devant ces drames humanitaires, alors que,de façon quelque peu contradictoire, elle fait sienne l'opinion de Michel ROCARD en 1989 selon laquelle " la France ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde".
En fait, l'aggravation de la situation est principalement due à la multiplication des conflits comme en Afghanistan, en Irak et surtout en Syrie d'où viennent d'innombrables réfugiés.
L'Europe doit tenir compte de cette vérité: Si elle ne peut accueillir "toute la misère du monde", elle ne saurait fermer les yeux sur ceux qui sont à l'évidence des victimes de guerre:
La France doit obtenir des chefs d'Etat et de gouvernements européens qu'ils le disent clairement et courageusement: Si nous ne pouvons plus recevoir les immigrés économiques (qu'il nous faudra refuser d'accepter), nous devons en revanche ouvrir nos portes aux victimes des guerres.
Mais, dans le même temps il nous faut tout autant rechercher, poursuivre, arrêter et condamner ceux qui s'enrichissent dans ces trafics d'hommes, de femmes et d'enfants.
L'Europe ne serait plus l'Europe si elle n'acceptait pas de choisir ce chemin.
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...