lundi 3 août 2015

PANIQUE A BORD

Drôle de départ en vacances pour le pouvoir:
François BROTTES, le président (socialiste) de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale, peut-être préoccupé par son avenir politique, quitte l'Assemblée où il siégeait depuis 1997 pour aller diriger un discret Réseau de Transport d'Electricité poste qui, pendant 5 ans, lui permettra de rester à l'abri des risques de la vie politique qui commencent à se révéler sérieux.
François REBSAMEN Ministre (socialiste) du Travail (les mauvaises langues y ajoutent le titre de "ministre du chômage") ne semble justement  plus avoir très envie de gérer le chômage et d'attendre avec résignation la célèbre inversion de la courbe du chômage sans cesse annoncée et sans cesse reportée: Il préfère à l'évidence retrouver sa mairie de DIJON où il sera pendant encore cinq ans à l'abri des soubresauts politiques.
Quant à Christiane TAUBIRA (plus que socialiste!) , Garde des Sceaux , elle a une nouvelle fois une merveilleuse idée:  La conduite automobile sans permis ou sans assurance deviendrait désormais une simple contravention ce qui, selon elle, permettrait d'alléger la tache des tribunaux correctionnels, désormais incompétents pour juger ces affaires devenues de simples contraventions.
Ainsi pour 500 euros, on pourrait désormais conduire sans permis: Bonjour la sécurité routière !!  Mais quelle irresponsabilité !
Soyons honnête : Cette initiative est dans la logique du comportement général de la Garde des Sceaux qui , sans trop se préoccuper des conséquences de ses décisions sur la sécurité publique, souhaite à la fois réduire le nombre de prisonniers incarcérés, limiter les responsabilités des coupables et libérer les tribunaux du maximum d'affaires.
En même temps, Christiane TAUBIRA qui reconnait sa perplexité à propos de cette initiative vient d'inventer la notion " d'acceptabilité sociale" qui devrait, dit-elle, présider à ce genre de problème notion qu'elle n'avait pas encore inventé quand fut discuté le mariage pour tous qui,à l'évidence aurait mérité de prendre en compte cette notion.
Le gouvernement ira-t-il jusqu'au bout ou renoncera-t-il ? Nul ne le sait.
Comme nul ne sait ce qu'il fera pour traiter des problèmes de l'élevage en particulier et de l'agriculture en général ou comment il compte financer le remboursement des Mistral qu'il a décidé de ne pas livrer à son acheteur  la Russie qui les avait commandés ou quelles propositions il compte faire pour tenter de trouver une solution aux problèmes posés par les migrants à Calais.
Compte-t-il d'autre part  prendre des initiatives et lesquelles pour répondre aux problèmes que rencontre la construction européenne ? Là encore silence total.
Ainsi le pouvoir semble renoncer à gouverner:
Mais une telle attitude ne saurait durer bien longtemps.














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...