mardi 29 septembre 2015

LES ENNEMIS DE NOS ENNEMIS SONT ( OU DEVRAIENT ETRE !) NOS AMIS

La situation en Syrie ne cesse de se détériorer: Les morts s'ajoutent aux morts , les réfugiés continuent d'affluer en Europe et pendant ce temps DAECH étend son emprise sur le Proche et le Moyen Orient.
Tout naturellement le monde s'inquiète et l'Assemblée Générale des Nations Unies elle-même s'empare du sujet.
Barack OBAMA continue à démontrer combien il a du mal à comprendre cette partie du monde (dont il n'a d'ailleurs pas caché en arrivant au pouvoir qu'elle n'entrait pas dans ses préoccupations premières): Il n'arrive pas, semble-t-il, à admettre que le danger vient avant tout de l’extrémisme musulman.
De façon quelque peu cocasse, Vladimir POUTINE en profite pour  se poser en défenseur de la démocratie et du droit des peuples à choisir leurs dirigeants, en mettant en cause nommément la France et les Etats-Unis accusées de vouloir se substituer au peuple syrien pour le choix de ses dirigeants.
Ainsi, la  France qui semble malheureusement avoir choisi de s'aligner sur la position américaine se retrouve de ce fait bien isolée:
Au cours de l'Assemblée générale des Nations Unies,  François HOLLANDE s'est exprimé sans que personne  ne retienne  de son intervention prononcée devant une salle à moitié vide autre chose que son opposition à BACHAR EL ASSAD ce qui ne saurait tenir lieu de politique. Que ne s'est-il plutôt souvenu de l'intervention de Dominique de VILLEPIN au moment de la guerre d'Irak, intervention  alors accueillie  par des acclamations.
On a pu en effet le constater au  cours de la décennie qui vient de s'écouler: Suivre la position  des Etats-Unis ne saurait être la solution aux problèmes de cette région :
Au delà de la progression de DAECH , aucun progrès par exemple n'est intervenu dans la résolution du conflit israélo-palestinien: L'Occident et singulièrement les Etats-Unis se sont en effet refusés à user de leur influence pour trouver une issue à ce conflit.
Une nouvelle fois, le Président de la République ne semble  avoir ni la vision ni la détermination exigée d'un chef de l'Etat au début du 21ème siècle: 
Il semble que, pour complaire à la fois aux écologistes et à la gauche de la majorité,  les orientations de notre politique étrangère soient surtout commandées par ce qu'on pourrait appeler le "droit de l'hommisme"  .
Or, une politique étrangère digne d'un pays comme le notre doit se déterminer à partir des réalités et non en fonction d'idéologies qui ne tiennent pas compte de l'état du monde : Faut-il à nouveau rappeler que, lors de la deuxième guerre mondiale, les Alliés se sont rassemblés au-delà de leurs idéologies avec un seul objectif: Se débarrasser de Hitler qui était alors l'ennemi commun
Nul n'a jamais imaginé que CHURCHILL ou DE GAULLE avaient quoi que  ce soit de commun avec STALINE  sauf un objectif commun : Vaincre HITLER.
Monsieur le Président de la République, arrêtez de rêver d'un monde qui n'existe pas et plutôt que d'exposer à la télévision le vie intérieure du Palais de l'Elysée, efforcez-vous de réfléchir aux moyens de redonner à la France dans le monde une place qu'elle est en train de perdre.
Alors, vous exercerez vraiment votre pouvoir . 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...