lundi 14 septembre 2015

LES LEÇONS DE LA COUR DES COMPTES

Le pouvoir devrait écouter la Cour des Comptes : Son Premier Président est Didier MIGAUD qui fut Président de la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale et aussi et peut-être surtout  député socialiste de l'Isère pendant de longues années.
Aujourd'hui, la Cour vient de démontrer à nouveau clairement que l'Etat dépense trop et que la situation s'aggrave de mois en mois:
Un seul exemple qui concerne la fonction publique: Au cours des 10 dernières années la hausse moyenne annuelle de la masse salariale des opérateurs de l'Etat a été de 6,6%: En 2014, cette masse salariale représente plus de 278 milliards d'euros.
Que faire pour mettre un terme ou en tous cas ralentir cette inexorable progression ?
Si on en croit la Cour, les remèdes existent :
Il suffirait par exemple d'aligner la durée effective du travail des fonctionnaires (1594 heures) sur la durée légale (1607 heures) soit 13 heures de plus  par agent chaque année (1 heure par mois!) pour économiser 700 millions chaque année et dans le même temps pour voir diminuer le nombre d’emplois d'agents publics de 27000 par an.
De même, la révision d'un système de primes qui se comptent par dizaines, système qui s'est répandu dans toute la fonction publique (puisqu'elle atteignait 14% de la rémunération principale en 1990, 25,3% en 2006 et 30% en 2013) devient une nécessité .
Comment continuer à justifier une indemnité de résidence créée après la 1ère guerre mondiale pour compenser les différences de coût de la vie entre les territoires et qui représente une dépense de près de un milliard par an alors que chacun s'accorde à reconnaître que les raisons qui ont justifié sa création ont disparu ? Il en est de  même du supplément familial de traitement créé en 1917 pour les seuls  fonctionnaires et qui représente une dépense annuelle de 1,5 milliard.
La Cour suggère aussi "le non-remplacement d'un départ à la retraite sur 4" qui assurerait une partie significative de l'effort à accomplir.
Il est peu vraisemblable que le gouvernement retienne cette idée puisque ce serait en quelque sorte mettre ses pas dans ceux de la majorité précédente. Tout au contraire, il se propose de créer cette année 8300 nouveaux emplois de fonctionnaires .
Le pouvoir semble ainsi  pris de frénésie à l'approche des élections régionales et surtout de l'élection présidentielle.
Il serait peut-être temps qu'il se mette à gouverner !









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...