mercredi 18 novembre 2015

FRANÇOIS HOLLANDE VA-T-IL RÉELLEMENT CHANGER ?

Comment ne pas le reconnaître: Depuis les attentats de Paris, François HOLLANDE a eu l'attitude qu'on peut espérer d’un chef de l'Etat.
Et il a également compris la nécessité  pour lui d'apporter à sa politique étrangère des changements plus que significatifs.
D'abord il a fini par accepter le retour dans le concert des nations de la Russie dont il avait refusé pendant trop longtemps d'accepter la présence dans la coalition contre Daech.
De même, au contraire de l'attitude longtemps adoptée par la France sous l'impulsion de Laurent FABIUS, il admet aujourd'hui que l'Iran est un élément essentiel au Proche Orient et que de ce fait, il doit être partie prenante de la lutte anti-terroriste.
Enfin, et bien que son  gouvernement peine à renoncer à son attitude passée  à l'égard de Bachar Al Assad,  ( dont il affirmait que le départ était un préalable à toute constitution d'une coalition contre Daech ), il semble enfin décidé à tourner la page pour réussir à constituer cette coalition.
Ces trois éléments démontrent combien le Président de la République et son gouvernement ont été  pendant des mois éloignés des réalités.
On ne peut que se réjouir de ce retour à la sagesse: Car la politique étrangère de la France, (faut-il le rappeler?) doit  rester  indépendante même à l’égard  des Etats-Unis et du Président OBAMA dont on peut dire qu'ils n'ont  pas toujours fait preuve de la lucidité qu’on peut attendre de cette grande nation. 
Oui, la Russie est et reste notre alliée.
Oui, la priorité est de lutter contre les terroristes de DAECH.
Oui, l'Iran est  incontournable dans la région même si cela ne plait pas à Israël.
Oui ,BACHAR AL ASSAD  est assurément moins dangereux que Daech,  et même s'il n'est pas un démocrate irréprochable, il est jusqu'à nouvel ordre à la tête de la Syrie. 
Faut-il rappeler qu'en politique internationale on ne doit pas se contenter de positions morales ( même si elle ne peuvent être ignorées) mais la priorité reste toujours la même: Les états existent et on doit avoir des relations avec tous, sans que cela  signifie nécessairement qu’on approuve leur politique ou qu'on soutient leurs dirigeants mais simplement qu'on prend en compte les réalités politiques .
Souhaitons que ces événements aient convaincu toute la classe politique de cette réalité incontournable.

Lire aussi le blog du 29 Septembre :" Les ennemis de nos ennemis ....."











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...