mercredi 9 décembre 2015

POURQUOI ? ET SI C’ÉTAIT UN APPEL AU SECOURS ?

Les résultats des élections régionales sont clairs: 
Les français ne veulent plus des socialistes et de la gauche, mais on n'a pas le sentiment qu'ils ont une réelle envie de la droite et du centre, même unis.
L'incontestable succès du Front National aura eu en tous les cas un mérite: Celui de faire apparaître au grand jour le désarroi de ce qu'il est convenu d'appeler les élites, qu’elles soient politiques, médiatiques, économiques ou culturelles.
Pourquoi le cacher ?:
Nombreux sont ceux qui ont du mal à comprendre le sens de ces résultats: Pour certains, ils seraient le produit du chômage, pour d'autres d'une immigration mal maîtrisée, pour d'autres enfin d'une absence d'autorité de l'Etat ou d'une perte des valeurs; bref ils seraient à l'image de citoyens déboussolés par une évolution trop rapide du monde et d'une société qui se délite .
Car la société française est dans une grande confusion intellectuelle : A cet égard la responsabilité du pouvoir en place est incontestable: A vouloir privilégier les sujets de société (qui ne concernaient que des minorités certes respectables mais marginales) par rapport aux véritables problèmes que rencontrent les français, le pouvoir a donné le sentiment  à la plupart  d'entre eux qu'il ne les entendait pas et surtout qu'il ne les comprenait pas.
L'idéologie qui a souvent présidé à ses décisions a souvent troublé des citoyens pour qui le pragmatisme devrait être la première vertu d'un pouvoir dont la mission n'est pas de mettre en application des doctrines souvent depuis longtemps dépassées mais de résoudre leurs problèmes.
Aujourd'hui, les grandes villes et surtout les banlieues restent dans une situation insupportable en raison d'un chômage qui ne cesse de s'aggraver et d’une  jeunesse qui se sent oubliée. De même les campagnes, naguère encore pôles de stabilité de la société française, ont elles aussi le sentiment d’être abandonnées : Les services publics comme les commerces de proximité les désertent chaque jour un peu plus. Les agriculteurs ne se voient plus d'avenir,
Comment s'étonner alors de la révolte de nos campagnes ?
Et si le vote de dimanche était d'abord et avant tout un appel au secours ? Un appel au secours d'hommes et de femmes qui n'en peuvent plus d'attendre qu'on les écoute.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...