vendredi 12 février 2016

LE RAVALEMENT DE MONSIEUR BRICOLAGE

HOLLANDE nous le dit, il continue d'agir . Preuve en est le remaniement gouvernemental. S'agit-il d'un nouveau gouvernement ou d'une simple opération de ravalement ? Qu'en dire et que voit-on ?
D'abord une inflation gouvernementale : 38 ministres au lieu de 31. Pour quoi faire?
Et que signifie un secrétariat d'Etat chargé de " l'égalité réelle" ( sic) .Y a-t-il une égalité irréelle ? Et qu'est-ce-que c'est ?
De même a-t-on besoin d'un secrétariat d'Etat chargé de "l'aide aux victimes"?
Ensuite quel renouvellement !: Le retour de Jean Michel BAYLET qui n'avait plus exercé de responsabilité gouvernementale depuis 23 ans (et qui, entre temps, a perdu tous ses mandats électifs) est significatif de la portée et de la nature du renouvellement.
Que dire aussi du retour de Jean-Marc AYRAULT qui, 2 ans  à peine après avoir quitté ses fonctions de Premier Ministre pour être remplacé par Manuel VALLS, revient  au gouvernement sous les ordres du même Manuel VALLS ?
Mais heureusement (et nous sommes rassurés! ) Harlem Désir  reste au gouvernement .
Enfin les marchandages: Pour obtenir  le retour des Verts au gouvernement, le Président de la République n'hésite pas à annoncer un référendum sur l'aéroport Notre Dame des Landes , comme si désormais tout équipement public devait obtenir l’accord des expropriés. Si les gouvernements précédents avaient adopté une telle attitude, où en serait l'aménagement du territoire ( aujourd’hui placé sous la responsabilité du président des radicaux de gauche qui ne se sont jamais distingués dans l'histoire pour leur action réformatrice).?
Faut-il enfin parler de l'attitude stupéfiante de responsables politiques qui acceptent d'entrer au gouvernement alors que la veille encore ils refusaient comme députés d'approuver la révision de la Constitution proposée par le Président de la République et qui ,aujourd'hui et sans état d’âme, confirment une fois nommés qu'ils ne changent pas d'avis et qu'ils restent hostiles à cette révision.
Le Président de la République croit-il illustrer ainsi la République exemplaire qu'il se vantait de promouvoir il y a 5 ans ?
En fait, il ne s'agit que de médiocres manœuvres préélectorales.
Décidément la France va mal... et même de plus en plus mal.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...