mardi 7 juin 2016

UNE GOUVERNANCE CHAOTIQUE

Depuis bientôt 6 mois, l'actualité sociale semble tourner autour de la loi emploi (dite loi El Khomri) qui a mobilisé des centaines de milliers de manifestants contre elle sans qu'il soit possible de comprendre les raisons profondes de cette opposition à un texte qui, en fait, ne remet pas grand chose en cause des lois actuelles puisque, par exemple, il ne concerne ni les règles de départ à la retraite ni la durée du travail , le gouvernement ayant en outre peu à peu retiré du texte tout ce qu'il pouvait contenir comme mesures nouvelles. 
Si on en croit les mots d'ordre des syndicats,  leur opposition se focalise sur l' article 2 de la loi qui remettrait en cause leur pouvoir dès lors que l'opinion des salariés de l'entreprise  l'emporterait  sur l'avis des  syndicats (ce qu'on appelle noblement l'inversion des normes).
Bref, beaucoup de bruit pour pas grand'chose.
Mais, dans le même temps, à la SNCF, les grèves se poursuivent ( elles coûtent à l'entreprise 20 millions par jour, mais qui s'en inquiète ?) avec un seul objectif : Obtenir du gouvernement qu'il renonce à toute évolution du statut des cheminots alors que la concurrence européenne va entrer en vigueur dès le début de 2016.
Ne rien changer, tel semble être le seul objectif des syndicats, et naturellement tel sera le résultat.
Comme si la France n'avait pas besoin de changement !
Pendant ce temps-là, des entreprises françaises de plus en plus nombreuses passent sous le contrôle d'entreprises étrangères ou d'Etats dont on peut dire sans exagérer que leurs ambitions ne sont pas nécessairement d'améliorer le sort des leurs salariés (sans parler de leurs actionnaires!): Après GENERAL-ELECTRIC, LAFARGE, ALCATEL-LUCENT, ALSTOM en 2015, ACCOR est aujourd'hui menacé comme le CLUB MED, AIGLE-AZUR ou SERVAIR sans parler  d'un certain nombre d'aéroports qui sont mis en vente.
Qui ne comprend que la politique menée depuis 4 ans qui a accru au delà du raisonnable la fiscalité sur les entreprises et à faire de la France le pays où les charges sont les plus élevées d'Europe amène tout naturellement ceux qui pourraient investir dans l'économie à fuir notre pays?
Qui ne comprend qu'il est urgent de tourner le dos à une politique qui a déconsidéré ses dirigeants, affaibli notre pays et appauvri ses citoyens?







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...