jeudi 21 juillet 2016

FACE AUX ATTENTATS: RESTONS DÉTERMINÉS MAIS RESPONSABLES

L'attentat du 14 Juillet à NICE a été un révélateur de l'angoisse des français, mais aussi  de l'irrésolution du pouvoir .
Après ce drame en effet, comment  ne pas s'interroger sur les conditions de cet attentat ? Comment ne pas se poser de questions sur la présence d'un camion sur la Promenade des Anglais?
Le moins qu'on puisse dire de la communication du gouvernement sur cette dramatique nuit est qu'elle n'a été ni claire ni convaincante.
Prolonger l'état d’urgence tel qu'il fonctionne depuis 6 mois ne suffira certainement pas à rassurer les français puisque, malgré cet état d'urgence encore en vigueur le 14 Juillet , le drame n'a pu être évité.
Une chose en revanche parait vraisemblable: Les pouvoirs publics, soulagés de constater que l'Euro de football s'était terminé sans problème, ont pu se laisser aller à relâcher leur vigilance, ce qui expliquerait peut-être les erreurs qui ont pu se produire à Nice. Le Ministre de l’Intérieur, souvent convaincu d'avoir raison contre tous, est maintenant contraint à plus d'humilité.
Mais soyons francs: Il n 'est pas certain qu'il existe une solution  permettant de répondre à toutes les questions posées par cet attentat.
Est-il possible également de dire sans être taxé de défaitisme que les "ya ka" et " fau'k'on" ne sont guère de saison ?: En toute hypothèse et, faute d’être assurés de détenir une solution crédible, les responsables politiques seraient bien avisés de ne pas se satisfaire, pour communiquer, de tweets aléatoires ou de déclarations péremptoires, voire agressives.
(A cet égard, ils devraient plutôt s'inspirer de la communication du Procureur de la République de Paris, François MOLINS, qui sait allier précision et  clarté et surtout ne se laisse aller à aucune hypothèse plus ou moins aventureuse).
On peut l'affirmer, sans risque de se tromper : Toutes les solutions techniques sont acceptables et discutables. En revanche, l'irrésolution et les hésitations permanentes des pouvoirs publics, telles qu'on les voit perdurer à travers les jours, ne sont plus acceptables.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...