vendredi 8 juillet 2016

HOMMAGE (RETROACTIF) A JACQUES CHIRAC

Un rapport sur les conditions de l'intervention britannique en Irak en 2003 vient d’être publié à Londres.
Ce rapport confirme que si la Grande Bretagne s'est alors engagée dans cette aventure, c'est au prétexte que, selon Georges  BUSH  alors Président des Etats-Unis, Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, ce que Jacques CHIRAC fut rapidement un des premiers à contester.
L'Histoire a démontré depuis que Jacques CHIRAC avait raison et que Georges BUSH s'était trompé ou peut-être même avait menti.
Ainsi, comme le souligne ce rapport , "pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, le Royaume Uni a participé à l'invasion et  à l'occupation complète d'un état souverain" et le rapport d'ajouter que le Premier Ministre travailliste de l'époque Tony BLAIR, soutien inconditionnel de la politique américaine avait , huit mois plus tôt, et sans avoir la moindre preuve des  faits reprochés aux dirigeants de l'Irak,  donné son accord à Georges BUSH pour s'engager dans l'aventure irakienne.
Dans un moment où ,dans certains milieux , il est bien vu de mettre en cause l'action politique de la présidence de Jacques CHIRAC, il n'est pas inutile de rappeler ce qu'avait été alors son attitude et ce, malgré la pression des Etats-Unis et des atlantistes à tout crin (qu'ils soient européens ou français), car il avait alors, et courageusement, décidé de ne pas suivre aveuglément une politique américaine qui allait déboucher sur la plus grave crise que le proche-Orient ait connu depuis la guerre des Six Jours et dont nous voyons chaque jour les retombées catastrophiques.
La France avait alors du courage: Elle était donc  écoutée même si elle n'était pas toujours approuvée.
Aujourd'hui, la France se tait. Sa voix manque dans le débat sur l'avenir du monde : Il devient réellement urgent de retrouver une politique étrangère imaginative et indépendante. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...