vendredi 1 juillet 2016

"SAUVONS L'EUROPE EN LA LIBÉRANT DE SES EXCÈS" ( Hubert VEDRINE)

Hubert VEDRINE ancien Ministre des Affaires  Etrangères  vient de publier sous ce titre dans le journal "LE MONDE" du 30 Juin un article qui mérite réflexion. En voici les extraits principaux :

Même si on peut penser que les Britanniques finiront par rebondir après ce vote absurde..., il serait périlleux pour la France de miser sur une relance forcée de tout ce qui a conduit à la dégradation actuelle et qui fera long feu.
Les milieux les plus intégrationnistes, les psalmodiants de "l'Union sans cesse plus étroite" se refusent à analyser les causes de ce vote autrement que comme un "populisme", mot fourre-tout... L'évidence que l’Union s'est mêlée trop de tout et de n'importe quoi, abusivement et lourdement, que trop de promesses exagérées se sont retournées contre elle, est escamotée. C'est seulement la ligne suivie qui aurait été mauvaise....et pas l'abus de décisions détaillées au  niveau européen, confiscatoire de la démocratie. D’où l'idée d'une "relance" à l'identique: création d'un ministre des finances de la zone euro, d'un Trésor, d'un budget etc.. (sans même un contrôle des Parlements nationaux): On  ne voit pas en quoi cela enthousiasmerait les sceptiques ou les allergiques, sans même parler des anti-européens. L'accord de l'Allemagne n’est même pas assuré... Bref, échec probable à terme et découragement ultérieur accru par erreur de diagnostic sur l'origine du rejet .....................
On peut comprendre que, en France, deux ou trois générations qui avaient fini par faire de l'intégration européenne le combat de leur vie, après que toutes leurs autres croyances se sont effondrées, se sentent totalement perdues et se raccrochent à ce viatique. Comme si la liberté, l'ouverture, le bonheur, l’espoir, l'amitié entre les peuples ne dépendraient que de la seule forme d'intégration communautaire des deux dernières décennies !
Amis, redescendez sur terre, le moment est venu de penser tout à fait autrement, pour sauver l'idée européenne, en la libérant de l'européisme.
C'est pour cela qu'il me semble que, pour enrayer la désaffection  croissante des peuples, dont le "Brexit" n'est que le signe le plus spectaculaire, les gouvernements les plus déterminés devraient convoquer sans tarder une nouvelle conférence  de Messine, fixer rapidement les contours d'une nouvelle subsidiarité rétroactive et assigner après cela quelques rares missions-clés ( sécurité, influence, préparation de l'avenir) à cette Union repensée pour assurer la pérennité d'un mode de vie européen dans le monde de demain, tout en laissant la démocratie retrouver son espace et sa légitimité au sein  de chaque Etat-membre.

Et si on commençait à réfléchir ?













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...