vendredi 2 septembre 2016

MACRON ?!! ...ET SI IL ÉTAIT UN AVATAR DE JEAN-JACQUES SERVAN-SCHREIBER ?

Il y a un demi-siècle, Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER, alors propriétaire de L'EXPRESS, décida,  comme on dit aujourd'hui, de "turbuler" la vie politique française: Avec l'aide de son journal, et au prétexte du renouvellement de la vie politique française (déjà !) et du rajeunissement du personnel politique ( toujours !!) il se mit à lancer des polémiques sur tous les sujets.
Ancien élève de l'Ecole Polytechnique et, de ce fait, soutenu par des industriels connus et par ce qu'il était convenu d'appeler la bonne société, et tout particulièrement par les classes aisées qui considéraient que la façon dont était gouvernée la France ( car, il est vrai, elle était alors gouvernée) ne leur convenait plus et qu'il fallait du changement, il était alors furieusement à la mode.
Il écrivit un livre, le Défi Américain, qui atteignit un tirage fabuleux pour l'époque : Il devint alors le cadeau de Noël favori que tout le monde offrait ( même si  peu l'ont alors lu ! ) .
Profitant d'une opportunité inattendue, il se fit élire député de Meurthe et Moselle, ce qui lui permit aussitôt de se proclamer Député de Lorraine.
Il devint alors la tète de file de ce qu'on appellerait  désormais "la gauche américaine" (sic).
Ne doutant plus de rien, il essaya dans la foulée de se faire élire à BORDEAUX: Jacques CHABAN DELMAS l'en empêcha: Il fut battu n'ayant rassemblé que 16 % des voix.
Valéry GISCARD D'ESTAING devenu Président de la République le nomma ministre : Convaincu alors de l’impunité que lui conférait sa réputation, il voulut continuer à "turbuler" , c'est-à-dire à dire n'importe quoi sur n'importe quel sujet , fussent-ils les plus sensibles:
Jacques CHIRAC alors Premier Ministre ne l'accepta pas et comme à l'époque, la France était gouvernée, il obtint du Président de la République son départ du gouvernement , deux semaines à peine après sa nomination.
L’aventure politique  était entrée dans une impasse !! Elle y resta.
Certes, comparaison n'est pas raison, mais il n'est pas interdit de penser à cette mésaventure politique à un moment où tant d'élites s’enthousiasment pour un  nouveau petit prodige de la sphère médiatique et politique qui apparaît dans le paysage.
Peut-etre pourrait-il lui même y penser ! 












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...