lundi 21 novembre 2016

UNE PRIMAIRE EXEMPLAIRE

La primaire de la droite et du centre aura été exemplaire, à la fois par son organisation qui n'a connu aucun incident, mais peut-etre et surtout, par l'importance de la participation des électeurs. 
Quatre millions de votants est en effet un chiffre qui a pu surprendre, mais les raisons de cette affluence ne sont pas mystérieuses: 
Tout d'abord il y a eu , chez beaucoup de participants, la volonté de mettre un terme à une présence de la gauche au pouvoir qu'ils jugent désastreuse (et ce, au delà meme de la personnalité de François HOLLANDE, dont le comportement au fil des années est devenu incompréhensible pour la plupart d'entre eux) .
En meme temps, ils avaient le sentiment de  choisir du meme coup celui qui pourrait etre le Président de la République en 2017.
L'autre raison, en quelque sorte presque symétrique bien que de caractère négatif (mais qui a justifié pour beaucoup leur participation), a été de manifester leur opposition à la personnalité de Nicolas SARKOZY, dont ils ne souhaitaient pas qu'il puisse etre le candidat de la droite et du centre.
Si on ajoute les préoccupations des uns et des autres, on a l'explication de l'importante participation à cette consultation inédite.
C'est aussi ce caractère inédit qui explique ce que l'opinion a appelé les "erreurs" des instituts de sondage. En fait, et contrairement à ce que beaucoup pensent, la plupart d'entre eux n’ont pas réellement commis de fautes techniques, mais ils ont fait l'erreur  d'avoir voulu à tout prix réaliser des sondages sur un corps électoral dont ils ne connaissaient ni l'importance ni la composition et dont ils n'étaient pas en mesure de vérifier la réalité.
Comme ces enquêtes ont été prises "pour argent comptant" par les journalistes et l’ensemble de la presse , l'opinion pendant des semaines les a considérées comme le reflet de la réalité alors que, comme les résultats l'ont  démontré, les deux candidats qualifiés n'ont pas été  Nicolas SARKOZY et Alain JUPPE mais  François FILLON et Alain JUPPE.
En cette occasion comme en beaucoup d'autres, on a pu constater que le problème de l'information reste entier : La préoccupation des professionnels de l'information d’être toujours les premiers à être informés et à informer ( aggravée par l'apparition des chaines d’information permanente) les éloigne de leur premier devoir, celui de vérifier la validité de l'information et de faire preuve d'un minimum de prudence dans la publication de ce qu'ils appellent de l'information et qui n'est parfois, dans le meilleur des cas, qu'une affirmation personnelle, voire une simple rumeur.
Comme aurait dit LA FONTAINE : Cette leçon vaut bien un fromage sans doute !!









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...