mardi 27 décembre 2016

UNE EXIGENCE... : ASSURER NOTRE SECURITE

Le Général de VILLIERS, Chef d'Etat-Major des Armées, vient de l'affirmer: Dans l’état actuel du monde, l’effort que la France consent pour sa défense est insuffisant. En effet, nous y consacrons 1,77 % du P.I.B. (soit 32,7 milliards d'euros) alors que, selon lui, un minimum de 2 % du P.I.B. (soit 40 milliards d'euros) seraient nécessaires.
Pendant des années, l'opinion publique et ceux qui l'inspiraient (ou qui s’en inspiraient !) ont semblé considérer que les dangers de conflit étaient derrière nous et que le temps était enfin venu de vivre mieux et surtout de vivre en paix.
Qui ne voit que cette idée s'est révélée infondée : Qu'il s'agisse des attentats terroristes qui affectent tous les pays du monde ou des conflits qui ensanglantent l'Afrique, l'Asie et jusqu'aux portes de l'Europe, il est clair que notre sécurité est chaque jour davantage menacée .
Meme les  pacifistes les plus convaincus doivent l'admettre: Sans augmentation  de l'effort militaire, tout peut désormais arriver.

Certes notre pays n'a pas à rougir de la part qu'il prend à la lutte contre le terrorisme en général et contre l'Etat Islamique en particulier, tout au contraire : Les combats menés par nos soldats en Afrique autant que l'action de notre marine et de notre aviation au Proche-Orient et ce, notamment grâce à la présence et à l’action du porte-avion Charles de Gaulle, en sont un témoignage éclatant: Mais cette participation aero-navale, qui a permis à la France (et donc à l'Europe) de prendre sa part dans ce  conflit,  va  s'interrompre pendant plusieurs mois, en raison de l'entretien périodique obligatoire du navire.
Le Président de la République a certes raison d'affirmer: " Nous avons le devoir de nous préparer à une guerre longue" . Mais il ne peut  pas déclarer dans le meme temps que les récentes mesures décidées suffiraient à répondre à la menace qui pèse sur le monde.
Notre pays et  l'Europe toute entière restent  sous la menace du terrorisme mais aussi de conflits plus classiques 
On peut déplorer que, depuis trente cinq ans, notre effort militaire se soit relâché, mais notre pays (et l'Europe toute entière) ne sauraient désormais faire l’économie d'une réflexion approfondie sur la sécurité de notre continent et par voie de conséquence sur les efforts à accomplir pour la garantir.
Ce n'est qu'à ce prix que nous pourrons assurer l'avenir de nos pays et de leurs habitants








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...