vendredi 14 avril 2017

NE PENSONS QU'A L'AVENIR DE LA FRANCE

Au moment où va se terminer une campagne électorale quelque peu étrange,on sent dans l'opinion un incontestable malaise.
Force est bien de constater que la façon dont s'est déroulé le quinquennat qui s'achève n'a pu que troubler les esprits.
En présence d'un chef de l'Etat dont l'inaction permanente, un bavardage dévergondé, une procrastination maladive et une incapacité à décider, et avec un gouvernement sans réelle majorité et affaibli en permanence  par des querelles internes,  la vie publique s'est d'abord concentrée sur des problèmes sociétaux bien éloignés des préoccupations fondamentales des français et qui ont concouru par leur radicalité à diviser l'opinion et le société.
Les français ont constaté que les problèmes quotidiens qui étaient les leurs ne trouvaient pas de solution faute de volonté politique,car ils ne semblaient pas réellement intéresser celles et de ceux qui étaient en charge de les régler.
Madame TAUBIRA a consacré l'essentiel de son temps et de son talent à magnifier le mariage pour tous, mais a ignoré superbement les problèmes de nos prisons et plus généralement le fonctionnement de la justice dont elle avait pourtant la responsabilité.
Les ministres de l'Education Nationale successifs ont multiplié les expérimentations de méthodes pédagogiques dites innovantes mais surtout déstabilisantes pour les élèves et, pour les mettre en place, ont bouleversé l’organisation de l'école, mais ils ont ,dans le meme temps, oublié de se préoccuper des résultats pourtant de plus en plus médiocres obtenus par nos enfants dans les écoles de la République.
Les ministres en charge de l'emploi ont passé leur mandat à préparer l'annonce d'une inversion de la courbe du chomage qui ne s'est jamais produite.
Madame TOURAINE a privilégié une approche partisane de l’organisation du système de santé sans se préoccuper de façon concrète, ni de la pénurie de médecins libéraux et de l'extension des déserts médicaux à travers le pays, ni des difficultés rencontrées dans les hôpitaux  et en privilégiant  une approche doctrinaire de l'organisation de notre système de santé
Quant au Président de la République, son influence sur les affaires du monde, un  instant confortée par son  attitude à l'égard du terrorisme, s'est peu à peu affaiblie en raison de ses tergiversations  permanentes et de ses hésitations incessantes: En Europe, l’Allemagne, grâce à la détermination de  Madame MERKEL, est à l'évidence devenue dominante. Dans le monde, la France, faute d'avoir été capable d'affirmer son indépendance et sa capacité propre de dialoguer notamment avec les Etats-Unis, la Russie ou la Chine,  n'a cessé de perdre de son influence.
Le temps du choix pour la France approche.
Il ne s'agit pas de choisir l'homme ou la femme pour lequel ou laquelle on a le plus d'attirance ou de sympathie, mais de choisir celui qui, en mesure d’être présent au deuxième tour décisif, sera en définitive le plus capable de diriger le pays et de redresser la France .





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...