vendredi 29 juin 2018

EN AVANT MARCHE !!... ENCORE UNE FAUSSE BONNE IDÉE

Un service national obligatoire pour tous les jeunes vient d’être à nouveau évoqué par le gouvernement.
On avait pourtant l'espoir que le débat sur le sujet avait pu amener  le candidat et ses équipes à se poser quelques questions simples susceptibles de faciliter la réflexion sur le problème
Un  service pour qui? Comment? Quand?  Encadré par qui ?
Si on a bien compris, ce service national obligatoire concernerait environ 800.000 jeunes, filles et garçons, qui seraient convoqués dès l’age de 16 ans pour une durée de 4 semaines.
Première question: Où les reçoit-t-on ? Héberger 800.000 jeunes n'est guère faisable aisément: Le service militaire de jadis concernait moins de 400.000 personnes: On avait pour les recevoir  des casernes qui ont depuis bien longtemps disparu ( qu'elles aient été détruites ou reconverties).
Or aujourd'hui on nous parle d'effectifs deux fois plus importants: Comment répondre à cette demande?   
Certes, il ne s'agit que d'une durée de 4 semaines mais, comme l'idée est de les convoquer à l'age de 16 ans, elle concerne des garçons et des filles tenus par la scolarité obligatoire.  
Comment fera-t-on ?
Faut-il rappeler que sur 12 mois d'une année,huit à neuf sont consacrés à l'enseignement : Il n'en reste donc que deux à trois  susceptibles d’être réservés à d'autres activités comme ce service national dont on ne connait toujours pas le contenu.
Une deuxième question tout aussi essentielle : Qui encadrera ces 800.000 jeunes ? Les militaires auxquels on pense tout naturellement ne sont guère formés pour une telle tache d'ailleurs étrangère à leur vocation aussi bien qu' à leurs missions qui sont de nature bien différentes. 
Or, on a un peu le sentiment qu’il s'agira davantage d'un encadrement genre colonie de vacances  que d'une mission de caractère patriotique, voire militaire.
Enfin serait-il inconvenant de poser une question? 
Quel serait le coût  de cette "expérimentation patriotique" ?
On parle de 3,2 milliards par an dont 2 milliards pour le seul fonctionnement hors dépenses d'infrastructures
Au moment où la Cour des Comptes rappelle au gouvernement qu'il serait temps pour notre pays de s'engager sur la voie des économies, est-il  raisonnable de se lancer dans une aventure aussi  coûteuse pour un résultat plus qu'aléatoire?
Il est possible que le Président de la République qui n'a pas eu l'expérience d'obligations militaires en aie de ce fait une image quelque peu idéaliste (ce qui expliquerait sa tentation de retenir cette formule comme étant susceptible de répondre aux inquiétudes de notre société).
Mais il n'est en tous cas jamais trop  tard pour  renoncer à une fausse bonne idée.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...