mardi 16 octobre 2018

"ET A LA FIN ....C'EST CASTANER QUI GAGNE"

Au football, il est une formule bien connue des amateurs du ballon rond: Chaque fois qu'une compétition commençait, on énumérait toutes les issues imaginables et on concluait toujours de la même façon : "Et à la fin c'est l'Allemagne qui gagne" ( N.D.L.R. cette conclusion était valable pendant des années, il semble qu’elle ne le  soit plus désormais !!!).
On vient d'assister à une sorte de mise en application de cette formule à la politique: Lors du remaniement du gouvernement qui vient de se terminer, tout était en effet possible, mais, comme au football ,à la fin c'est Castaner qui  gagne .
Alors pourquoi une telle mise en scène qui aura duré près de deux semaines alors que dès le premier jour on connaissait la fin
Deux explications sont données par les experts de la chose politique: Ou bien il y a eu conflit entre le Premier Ministre et le Président de la République ( Impossible s’indigne la "macronie" : Le nouveau pouvoir ne saurait avoir ce genre de comportement !!) 
Ou bien le Président de la République est incapable de trancher lorsqu'un problème important se pose à lui  ( Encore plus inimaginable pour les mêmes !!!) mais tellement invraisemblable lorsqu’il s'agit d' un homme dont le slogan politique est "en même temps" et qui passe son temps à équilibrer une gauche et une droite dont il nous  dit "en même temps "qu'elles n'existent plus.
Espérons simplement pour le Président de la République que Christophe CASTANER ne va pas mettre ses pas dans ceux de son prédécesseur et démissionner pour reconquérir la ville de FORCALQUIER !!
Que dire du reste de cette séquence : 
"Tout ça pour ça !!"  Qui peut croire que le remplacement du socialiste Stéphane TRAVERT au ministère de l'agriculture par le  socialiste Didier GUILLAUME  va bouleverser les choses.
Trois membres du gouvernement en plus vont-ils modifier la ligne politique d'un gouvernement qui est de plus en plus un gouvernement MACRON :Pourquoi s'en étonnerait-on ?
Et pourtant pendant ce temps, qui ne voit que le monde va mal 
Les élections  font partout apparaître une angoisse qui s'empare des peuples devant l'évolution du monde ( pas seulement pour le climat):
On le voit en Europe ( en Allemagne aujourd'hui après l'Europe centrale, l'Italie hier et jusqu'en Suède) sur le continent américain ( aux Etats-Unis hier comme au Brésil aujourd'hui):
Il est facile de condamner ce qu'on appelle populisme comme si le populisme n'était qu'un "mot valise" qui permet d'éviter de se poser des questions sur la signification des choix des  peuples.
Il devient urgent pour chacun d'entre nous de nous interroger sur cette évolution  du monde: Ni le racisme, ni le sexisme ,ni l'homophobie,ni le fascisme ne suffisent à expliquer ce qu'on s’obstine à appeler populisme: Est-il interdit de penser que l'argent-roi , la violence (dont on nous dit qu'elle a toujours existé mais qui est le contraire de la civilisation) et l’égoïsme si répandu n'ont pas quelques responsabilités dans cette dégradation.
La mission du politique n'est pas seulement de gouverner les hommes, elle est d'abord et avant tout d'essayer de les comprendre. 
Essayons de nous en souvenir.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...