dimanche 21 octobre 2018

BEAUMARCHAIS RÉVEILLE TOI : LA CALOMNIE EST AUX AGUETS !

Vers une société du soupçon :
Avant d’être nommée secrétaire d'Etat à l'écologie, Emmanuelle WARGON avait la responsabilité chez DANONE de suivre la production de laits infantiles dont elle avait cru pouvoir affirmer que l’huile de palme était le meilleur ingrédient pour leur fabrication:
Elle est aussitôt, et pour cette raison, accusée d’appartenir à un lobby. 
Françoise NYSSEN, Ministre de la Culture du précédent gouvernement et éditrice de profession, s'était vue enlever la régulation économique du livre ainsi que la tutelle du Centre National du Livre, au prétexte de possibles conflits d’intérêts.
Elisabeth BORNE, Ministre des transports, vient de se voir retirer la responsabilité de mettre en oeuvre la liaison ferrée entre Paris et l’aéroport de ROISSY pour avoir,il y a une dizaine d'années, travaillé chez Eiffage, société susceptible de participer demain à la réalisation de cette liaison.
Le ministre de l'Ecologie s'en est donc vu chargé. 
Yves LEVY, parce qu'il est le mari du Ministre de la Santé Agnès BUZYN, a du renoncer à postuler pour le renouvellement de son mandat  à la tête de l'INSERM dont on avait déjà pris la précaution de transférer la tutelle au Premier Ministre.
Certes on l'a nommé nommé Conseiller d'Etat en Service Extraordinaire.
Mais qui ne voit l'absurdité de telles pratiques ?
Ont-ils commis des délits ou une quelconque infraction ? En aucune façon, mais ils le pourraient peut-être !
Qui ne comprend combien cette suspicion généralisée est dangereuse?
Qui peut tout d'abord penser sérieusement que les femmes et  les hommes qui viennent de la société civile n'ont pas occupé de responsabilités dans les entreprises qui les  employaient.  C'est même d'ailleurs (on peut  l’espérer) à raison de ces responsabilités que le Président de la République les a nommés.
Continuer dans cette suspicion permanente et généralisée interdirait en fait à l'avenir de choisir des ministres en dehors de la fonction publique, ce qui aurait pour résultat paradoxal de renforcer la technocratie qu'on trouve déjà envahissante.
La transparence est souvent présentée comme une vertu, mais on a vite fait de passer de la transparence au voyeurisme.
De même ,le soupçon risque de devenir vite calomnie, au risque de nous éloigner davantage encore de la société de confiance dont nous aurions tant besoin dans les temps que nous vivons.
Beaumarchais réveille-toi :La calomnie menace : Les réseaux sociaux sont aux aguets !









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...