dimanche 4 novembre 2018

MERCI A JACQUES LAFLEUR ..... LA NOUVELLE CALÉDONIE A CHOISI

La Nouvelle Calédonie a choisi : Elle a choisi de rester la France.
Au moment où se termine une période faite de brisures et parfois de sang , il n'est pas trop tard pour remercier ceux qui ont réussi à atteindre un résultat qui, il y a trente ans, était loin d’être évident :

Au premier rang d'entre eux Jacques LAFLEUR .
Dès les premiers affrontements, Jacques LAFLEUR a eu le courage de prendre la tète de ceux pour qui la France devait rester la puissance tutélaire: Bravant les insultes et les violences de ceux qui militaient pour l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, mais surtout des "progressistes", comme on disait déjà, qui l'accusaient de défendre uniquement des intérêts personnels, il n'hésita pas alors, afin de prouver sa bonne foi et sa détermination pour permettre à la France de rester en Nouvelle Calédonie, à renoncer à la mine familiale au profit des indépendantistes de la Province Nord (geste qui se révéla décisif pour une meilleure entente entre les deux camps).
La confiance pouvait ainsi s’installer pour mener à bien le processus dit de Matignon.
Mais il serait injuste, de la même façon,  de ne pas saluer aujourd'hui l'esprit de responsabilité de Jean Marie TJIBAOU qui, au nom des indépendantistes, sut accepter la proposition de Michel ROCARD, alors Premier Ministre, de mettre en place le processus qui vient d'aboutir de façon pacifique à un choix démocratique.
Le référendum en Nouvelle-Calédonie vient de le démontrer : Il n'y avait  pas d'un coté des "progressistes" soucieux de l'avenir et et de l'autre des " conservateurs" attachés à ne rien changer et à ne pas évoluer.
Il est trop facile de les opposer dans les discours et de les stigmatiser, surtout quand on caricature et leurs propos et leur attitude.
La Nouvelle Calédonie vient d'en apporter la preuve : Une société moderne ne peut se passer ni des uns ni des autres : Vouloir les opposer ne mène qu'au conflit et à la division. 
Au moment où certains semblent vouloir faire resurgir cette opposition qu'on pourrait sans excès qualifier d'artificielle, voire d'un autre temps et ( pourquoi ne pas le dire ? ), de quelque peu politicienne, peut être n'est-il pas inutile de le leur rappeler.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...