mardi 27 novembre 2018

" UN NOUVEAU COMITÉ THÉODULE "

En septembre 1963, à Orange, le Général de GAULLE  déclarait:" Ce n'est pas ce que pense le comité Gustave, le comité Théodule ou le comité Hippolyte qui est essentiel, mais ce que sent, ce que veut ,ce qui est utile au peuple français ".
Les comités Théodule ou Hippolyte sont, depuis, devenus emblématiques des choix d'un pouvoir politique qui, pour tenter  de dissimuler son impuissance ou son irrésolution, décide la création d'instances inutiles ou superflues destinées à camoufler ses hésitations ou ses renoncements.
Emmanuel MACRON semble parfois tenté de laisser penser que son comportement comme son attitude s'inspirent de l'attitude, du comportement du Général de GAULLE.
Si cela était vrai, on ne pourrait que s'en féliciter: Le pouvoir serait à nouveau incarné.
Mais pour  ceux qui pourraient éventuellement s'interroger sur cette prétention, il vient d'en souligner l'inanité. 
En créant un Haut Conseil pour le Climat (de 14 membres) qui s'ajoute à un Conseil National de  la Transition Écologique (de 50 membres)  lequel s'ajoutait déjà au ministère de la Transition Écologique et Solidaire, dont on pouvait  imaginer qu'il s'occupait du climat, il ne met nullement ses pas dans ceux du Général  de GAULLE, mais dans  ceux des hommes politiques de la IVème République.
En mettant en place un nouveau comité Théodule, il vient de renouer avec la tradition de l'impuissance du pouvoir.
Avec lui, on revient cinquante ans en arrière.
Et pendant ce temps-là, les "gilets jaunes" s’interrogent :Emmanuel MACRON avait  annoncé qu'il répondrait à leurs attentes de façon globale
Comment s'étonner de leur déception ?
Que peuvent par exemple penser des salariés qui perçoivent 1600 euros par mois (moyenne des salaires des employés) à qui on annonce en même temps une réforme de l'assurance chômage dont ils ne savent rien mais dont ils redoutent tout et un nouveau système de retraites dont ils  ne comprennent pas l'objectif réel mais dont ils craignent les conséquences.
Que peuvent penser les retraités lorsqu'on leur parle des années 2050 comme d'un horizon enviable ?
Que peuvent penser ces condamnés à l'automobile par obligation professionnelle, lorsqu'on leur propose comme perspective d'action sur les prix une usine à gaz inventée par Lionel JOSPIN et qui n'a jamais donné les résultats espérés, mais qui, à l'époque a coûté 2 milliards 700 millions  à  l'Etat ?
L'écologie doit à coup sur être une préoccupation des gouvernants, mais en faire un objectif prioritaire ne saurait convaincre que celles et ceux qui en ont les moyens.
Et ce ne sont pas  les propos politiciens et inutilement agressifs du Ministre de l’Intérieur ou du Ministre des comptes publics qui permettront d'avancer dans la recherche d'une solution.
Il appartient au Président de la République de rassurer les français qui, chaque jour s'inquiètent davantage de l'avenir du pays.
Il est encore temps ...mais il n'est que temps ! 









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...