dimanche 25 novembre 2018

UN POUVOIR SOURD ET AVEUGLE... ET QUI SAIT, BIENTÔT PARALYTIQUE ?

Sont-ils sourds, sont-ils aveugles  ?
Pourquoi nos gouvernants ne voient-ils pas, n'entendent-ils pas la plainte qui monte du fond de notre peuple ?
Quand Nicolas HULOT annonce la fin du monde pour demain,  beaucoup de françaises et de français pensent plus prosaïquement à leur fin de mois ?
De même voir dans les manifestations parfois violentes la main de ce que le Ministre de l'Intérieur appelle l'ultra-droite peut être intellectuellement et politiquement rassurant pour lui, mais si le Président de la République voulait bien admettre que notre société (comme la plupart des sociétés dans le monde d'ailleurs) n'est peut-être pas prête à ce saut dans l'inconnu auquel nous convient de façon pressante les technocrates de haut niveau qui l'entourent, peut-être serait-il possible  alors  d'entamer un véritable  dialogue.
Nul ne nie l'importance pour notre pays de vivre dans une société moderne, mais comment ne pas voir que, dans le monde où nous vivons, chacun n'est pas au même niveau de réflexion ou de connaissance.
Petit à petit (et pour beaucoup dès aujourd'hui)  nombreux sont ceux qui se sentent exclus de cette société qui nous attend (et pour beaucoup qui nous menace).
Les "gilets jaunes" ne sont pas seulement ceux que préoccupe le prix des carburants, ils sont aussi celles et ceux qu’angoisse l'entrée brutale dans une société de la communication dont ils voient ( au delà des progrès qu'elle suscite) les risques qu'elle représente pour leur vie quotidienne.
Pourquoi au plus haut sommet de l'Etat, semble-t-on se désintéresser de cet aspect des choses ?  
Qui nous empêche d'attendre le temps de l'information (et pourquoi pas de la conviction) pour entreprendre et mener dans le calme une transition écologique dont nul ne conteste l’Intérêt ?
Et comment prétendre sérieusement que la planète serait menacée par un délai de réflexion que nous prendrions avant de nous lancer dans cette aventure, alors qu'à travers le monde un certain nombre d’Etats et non des moindres (tels les  Etats-Unis ou la Chine) ne font jusqu'à présent que balbutier leur transition écologique.
Il ne s'agit pas d’être à la traîne bien au contraire, mais est-il nécessaire d’être toujours en tète de la marche au modernisme ?
Il importe d'abord que toute la société française s'y lance avec détermination mais en toute lucidité et en y entraînant bien sur les "geeks" ( * ) mais aussi tous les autres.

* geeks : "fous de technologie numérique"











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...