jeudi 31 janvier 2019

" GRAND DÉBAT."... OU GRAND BAVARDAGE ?!!

Depuis des jours et des jours, le Grand Débat est lancé.
Alors qu'il avait été dit que les discussions devaient se tenir librement à l'écart du pouvoir exécutif , on voit les ministres se succéder dans les gymnases municipaux ou les salles des fêtes: Pourquoi le gouvernement les y délègue-t-il dans un rôle bien difficile à appréhender: Y exercent-ils leurs fonctions gouvernementales?  ou y font-ils simplement une figuration qu'on imagine nécessairement intelligente?
Difficile de le savoir .
Une chose est dès à présent évidente : Les sujets abordés sont d'abord franco-français .
On pourrait même aller jusqu'à affirmer que la plupart n'intéressent que ceux qui les évoquent.
En attendant, on oublie le BREXIT. Personne ne semble penser à l'Europe. On dit à peine du mal de TRUMP et de l'impérialisme qu'il développe . Nul ne parle du Venezuela et de l'Amérique latine ? Et pas davantage de l'Afrique un continent dont nous sommes pourtant si proches géographiquement .Nul ne semble s’intéresser à la Chine, voire à la Russie ?  
Enfin, comble de tout, on  évoque à peine le chômage dont tout le monde affirmait hier qu'il s'agissait pour la société française du problème numéro 1.
Alors pourquoi ce grand débat ?
On ne peut que s'interroger : Il semblerait que, soucieux de comprendre les problèmes de la société, le Président de la République forcé d'admettre un peu tard qu'il les connaissait mal (pour ne pas dire davantage !) l'ait lancé comme on lance une ligne à la mer sans trop se  préoccuper de ce qui se passerait après.
Or, c'est pourtant bien de cela qu'il s'agit .
On peut le constater dès à présent : Le dynamitage des formations politiques et des corps intermédiaires, auquel a procédé méthodiquement la République En Marche, loin d’éclairer les débats, les a au contraire obscurcis.
Certes, on voit apparaître quelques nouveaux visages, mais les uns sont des avatars de leurs prédécesseurs, les autres de simples arrivistes, sans parler de ceux dont les idées ou ce qui en tient lieu pourraient sans difficulté les faire classer parmi de simples  aventuriers .
Déjà, au sein de la majorité, une gauche et une droite apparaissent à nouveau alors que la République en Marche avait fait de la disparition de ces divisions sa marque de fabrique
La Fontaine avait raison :"Chassez le Naturel, il revient au galop".
Reste à espérer :Attendre encore plusieurs semaines pour connaitre les conclusions que le Président de la République tirera de cet épisode risque peut-être de démobiliser les agitateurs, mais si elles ne convainquent pas les français, le risque est grand de voir la colère succéder au découragement.












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...