mercredi 6 mars 2019

L’EUROPE RÊVÉE D'EMMANUEL MACRON

Ainsi Emmanuel Macron a écrit aux européens :
Si la lecture de sa lettre en Bulgarie, en Roumanie ou en Pologne, tout comme à Berlin, à Bruxelles ou à Rome ne déclenche pas une vague d'adhésion à un projet  qu'il semble être le seul à considérer comme quasi-révolutionnaire, nul n'en sera réellement surpris.
Il est en revanche à craindre que son initiative ne relance l'idée, déjà si courante chez nos partenaires, que la France est une infatigable donneuse de leçons, toujours prête à expliquer aux autres ce qu'il faut faire, même et surtout si elle ne le fait pas .
A tort ou à raison, ce comportement est symbolisé aujourd'hui par un Président de la République qui n’apparaît pourtant pas comme le mieux placé pour donner des leçons, alors qu'il semble avoir un peu de mal  à assurer tout simplement la paix civile dans son pays, comme ont pu le constater chaque semaine les téléspectateurs européens.
Or, nous dit-on,ce message s'adresse aux peuples et pas aux institutions.
Parler de salaire minimum européen pourrait être une idée séduisante si elle était réaliste, mais Emmanuel MACRON est-il capable de mobiliser les européens sur ce sujet alors que dans son propre pays, sa politique en matière de pouvoir d'achat est pour le moins contestée (Des experts ne disent-ils pas qu'en 2018 en France, ce pouvoir d'achat serait par ménage environ 800 euros en dessous de son niveau de 2010).
De même, en matière de fiscalité, si le ministre de l'Economie se dit prêt à aller plus loin dans la baisse des impôts, il ajoute aussitôt: Dans ce cas, il faut aller beaucoup plus loin dans la baisse des dépenses publiques.
Après cette déclaration martiale, que se passe-t-il en France ? : Rien.
Mais en revanche, pour l'Europe, Emmanuel MACRON a un véritable objectif: Celui d'une intégration plus aboutie, fut-ce au risque de faire disparaître les nations qui la composent. Pour réaliser ce projet, et comme par une sorte de réflexe pavlovien, il propose de  créer quelques uns de ces organismes dont la gauche a le secret:  
D'abord une Agence  Européenne des Démocraties dont l'objectif serait de lutter contre les cyber-attaques, également un Office Européen de l'Asile chargé de gérer l'immigration, puis une Banque Européenne du Climat, enfin une Force Sanitaire Européenne pour renforcer le contrôle des aliments, sans parler naturellement de la nécessaire remise à plat de l'espace Schengen dont il est difficile de comprendre ce qu'il entend faire, sinon qu'il admet que son fonctionnement n'est guère satisfaisant.
Peut être quelques européens auront-ils le mauvais gout de poser quelques questions stupides, voire même quelque peu vulgaires: Combien de fonctionnaires européens supplémentaires ? Et combien d'euros dépensés en plus ?
Mais surtout, sont-ils prêts à renoncer à leur droit de se gouverner comme ils le souhaitent ?
Il arrive que certains se posent la question du positionnement politique d'Emmanuel MACRON :Quand il affiche un semblant d'autorité, ils se disent :  Voila un homme de droite; 
Mais quand il choisit de créer de nouveaux "machins", aussi coûteux qu'inutiles, pas de doute, alors ils ont tout compris: Emmanuel MACRON est un homme de gauche !! 














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...