samedi 14 décembre 2019

"L'INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ"....

Ainsi le gouvernement a tranché : C 'est du moins ce qu'il a voulu nous faire croire.
Qu'en est-il en réalité ? Les régimes spéciaux dont on nous dit depuis des semaines qu'ils sont contraires à l'égalité (nouveau mantra du pouvoir !) et qui devaient donc disparaître vont en réalité survivre :
A la RATP, d'ores et déjà , le régime est maintenu jusqu'à 2037 (Les trois quarts des conducteurs en activité continueront ainsi à bénéficier du statut actuel) .
Il s'agirait ,nous dit-on,d'assurer une transition progressive et sans brutalité (sic).
Il risque d'en être  de même à la SNCF où les conditions de travail sont quasiment les mêmes.
On avait déjà du mal à comprendre la  réforme des retraites telle qu'elle avait été présentée. Aujourd'hui , nul n'y comprend plus rien : Selon sa date de naissance ,les conditions de la retraite seront différentes : La célèbre clause du grand-père est désormais remplacée par la clause du grand frère !!
Pour éviter cette incompréhension, le gouvernement aurait pu mettre en place des simulateurs susceptibles de rassurer les plus inquiets. Pour des raisons mystérieuses, il rechigne à le faire. Nul ne comprend les raisons de cette extrême discrétion.
La réforme avait comme objectif proclamé de supprimer les régimes spéciaux au nom  d'une égalité revendiquée .Or voila que, dès avant sa présentation officielle, une première exception (d'ailleurs légitime!) est annoncée: Les policiers, gendarmes, pompiers, personnels pénitentiaires continueront à pouvoir prendre leur retraite plus tôt et donc à bénéficier d'un régime à part.
Chacun l'a compris ! Les subtilités du langage font qu'officiellement  les régimes spéciaux n'existent plus; ils sont simplement devenus des régimes particuliers comme cela était prévisible !! (Voir "RELIRE BOILEAU").
Emmanuel MACRON (c'est bien connu) est un amoureux du langage et de ses subtilités ! On le voit en cette occurrence.
Mais rassurons-nous (ou plutôt  inquiétons-nous !): Tout n'est pas fini: Voila maintenant que le gouvernement s'aperçoit subitement  que les enseignants seront parmi les perdants de cette réforme : Après tant de mois de réunions, de réflexions  et de rapports , comment a-t-on pu en arriver là ? 
On pourrait parler d’amateurisme, faute de mieux.
Devant ce "contre temps" ,le gouvernement s'interroge sur les moyens à mettre en oeuvre pour "réparer les dégâts":Il improvise en catastrophe une réunion à Nancy : Une seule solution, semble-t-il, lui vient à l'esprit: Augmenter les traitements des enseignants :Mais il n'ose guère en faire connaitre le coût, nécessairement astronomique :(500 Millions ne permettrait d'augmenter leur traitement mensuel que de 56 euros  !!!).On parle déjà aujourd'hui de 10 milliards en dix ans !
Le moins qu'on puisse dire est que cette réforme des retraites (qui devait marquer le quinquennat d'Emmanuel MACRON)  pose plus de problèmes qu'elle n'en résout.
Elle a , en outre, comme  résultat de créer un grand trouble dans notre pays.
N'aurait-on pu l’éviter ?










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...