dimanche 12 janvier 2020

LES FEUILLETONISTES SONT DE RETOUR

Au dix-neuvième siècle existait une activité aujourd'hui disparue celle de feuilletoniste : Il s'agissait de journalistes ou d’écrivains qui, chaque jour, s’engageaient à livrer à leur journal (moyennant une rétribution presque symbolique puisqu'ils étaient payés à la ligne ) un nouvel épisode d'une histoire sans fin : Eugène SUE fut un des plus célèbres, puisque après avoir publié " Les Mystères de Paris" entre 1842 et 1843 , il écrivit  l'année suivante  "Le Juif  Errant" paru dans les mêmes conditions.
Depuis cette période, on pouvait croire cette activité complètement disparue :  L'actualité nous démontre le contraire : Aujourd'hui, il ne s'agit plus d'écrivains plus ou moins doués  ou connus, mais tout simplement des membres du gouvernement qui, inlassablement, nous livrent presque quotidiennement des épisodes de ce qu'on appelle la réforme des retraites. 
Car il s'agit bien d'un feuilleton, puisqu'on nous en annonce, jour après jour, le prochain épisode:  De la clause du grand père (sic) à l'age-pivot,  on assiste à un défilé d'experts (ou supposés tels) qui ,de plateaux de télévision en plateaux de télévision, nous  expliquent gravement  pourquoi on ne fait pas ce qu'on avait dit , et dans le même temps,nous annoncent ce qui va se passer le lendemain, faute d’être en mesure de nous parler du seul sujet qui intéresse les français :De quoi sera fait l’avenir de celles et de ceux qui,malgré les difficultés, continuent à travailler? Aujourd'hui beaucoup de ces derniers en sont même à se demander s'ils recevront une retraite.
Ainsi des mois de consultations et de "grands débats" n'ont pas réussi à convaincre les français que ce qu'ils croyaient inscrit dans le marbre n'était en réalité qu'hypothèses de travail pour des apprentis réformateurs qui , au nom d'une supposée égalité, ont , depuis  le début, choisi de faire disparaître un système qui n'était pas sans défaut (et qui méritait donc d’être réformé) pour le remplacer par un régime à points ,parait-il universel mais que personne ne comprend et dont ils n'ont calculé ni le coût ni les conséquences humaines
On pensait aussi que des semaines de réflexions , de discussions ,de conseils interministériels, de débats avaient permis à chacun d'avancer vers une conclusion rapide ( comme l'a demandé le Président de la République)
On voit qu'il n’en est rien puisqu'on nous annonce de nouvelles décisions pour la fin du mois d'avril  En attendant , l'économie souffre, les entrepreneurs s'inquiètent, les citoyens s'interrogent et la France se désespère :Comment d'étonner alors  du mauvais moral des français ? 
Le Président de la République s'interroge-t-il sur ce sujet ?
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse...